UMP: Des nouvelles neuves du retour de Nicolas Sarkozy

POLITIQUE Le 15 septembre au plus tard, l’insoutenable suspense devrait prendre fin…  

M.P.

— 

Nicolas Sarkozy le 2 juillet 2014 devant son domicile de Paris.
Nicolas Sarkozy le 2 juillet 2014 devant son domicile de Paris. — J. DEMARTHON / AFP

Il revient… Est-ce bien la peine de préciser de qui il s’agit puisque son retour dans l’arène politique est annoncé tous les trois mois depuis qu’il l’a quittée en mai 2012? Ce lundi matin, c’est Le Figaro qui explique «comment» Nicolas Sarkozy compte s’y prendre. Car c’est sûr, il revient. Outre sa barbe désormais quasi taillée, Le Figaro relève un autre signe évident: Nicolas Sarkozy est allé se baigner sur une plage publique la semaine dernière, ce qui lui a valu la une du quotidien local, alors qu’habituellement la famille Sarkozy se contente de la plage privée de la propriété du Cap Nègre. Et son implication dans diverses affaires judiciaires, loin de l’abattre, lui donnerait l’énergie de revenir pour se défendre.

Date butoir du 15 septembre

Nicolas Sarkozy souhaite d’abord revenir à la tête de l’UMP, dont le congrès se tient à l’automne, mais sans être un président à plein-temps: il veut conserver son confortable bureau rue de Miromesnil, sur le modèle de Giscard qui avait repris l’UDF en 1988, et continuer de donner ses lucratives conférences à l’étranger.

L’annonce de son retour devrait se faire à la rentrée de septembre, par une interview et non lors d’un déplacement, alors que les jeunes UMP espèrent sa venue pour leur campus fin août. Aucune date n’a été arrêtée mais un proche cité dans le quotidien évoque la date butoir du 15, sans préciser pourquoi.

Rassembler et déléguer

Sur le fond, l’ex-président devrait prendre de la hauteur, sans s’arrêter trop longuement sur les affaires internes de l’UMP. «S’il est candidat à la tête du parti, cela vaut déclaration à la présidence de la République car personne n’imagine qu’il revienne seulement pour remettre les affaires de l’UMP en ordre», explique un de ses conseillers. Et il sait qu’il devra se montrer rassembleur, car le parti est très divisé entre les différentes familles et son style autoritaire par le passé n’a pas toujours plu.

Du coup, Nicolas Sarkozy souhaite incarner un autre président de l’UMP, différent de celui d’il y a dix ans, et donc déléguer, notamment auprès de Laurent Wauquiez, et faire monter la nouvelle génération comme Gérald Darmanin et Guillaume Peltier.