L'ex-candidate FN qui avait comparé Taubira à un singe visée par une nouvelle plainte

JUSTICE Elle émane cette fois du Cran...

B. de V.
— 
Anne-Sophie Leclère, ex-candidate FN, le 16 juillet 2014 à Rethel dans le nord de la France
Anne-Sophie Leclère, ex-candidate FN, le 16 juillet 2014 à Rethel dans le nord de la France — François Nascimbeni AFP

L’ancienne tête de liste FN n’en a pas fini avec la justice. Selon le site La1ere.fr, Anne-Sophie Leclère ferait l’objet d’une seconde plainte émanant cette fois du Cran, le Conseil représentatif des associations noires. Déjà condamnée à 5 ans d’inéligibilité, à neuf mois de prison ainsi qu’à 30.000 euros d’amende et 50.000 euros de dommages et intérêts, à la suite d’une plainte déposée par le mouvement Walwari, pour avoir comparé la garde des Sceaux Christiane Taubira à un singe, comparaison à la suite de laquelle elle avait rapidement été exclue du parti, l’ex-candidate FN aux municipales devra se présenter devant la 17e chambre du tribunal de Paris le 7 octobre.

Un reportage de l’émission Envoyé spécial, diffusé en octobre 2013, présentait la candidate du Front national aux municipales dans les Ardennes. Dans ce reportage, on la voyait notamment justifier un photomontage partagé sur sa page Facebook sur lequel Christiane Taubira était comparée à un singe. Peu après la diffusion de ces images, le mouvement Walwari et le Cran avaient porté plainte.

Page de soutien et cagnotte Leechi

Pour le Cran qui l’assigne au civil, la première condamnation au pénal d’Anne-Sophie Leclère par le tribunal de Cayenne, jugée pourtant lourde par de nombreux juristes, est parfaitement justifiée.

«La loi prévoit jusqu’à un an de prison ferme pour une pareille infraction. Par conséquent, je ne vois pas en quoi la condamnation à une peine de 9 mois serait disproportionnée, comme l’affirment certains. Ce sont plutôt les condamnations ordinaires, sans prison ferme ni sanction dissuasive, qui devraient étonner», écrit Louis-Georges Tin. Le président du Cran invite par ailleurs le tribunal de Paris à «s’inspirer du tribunal de Cayenne, qui a montré la voie».

Anne-Sophie Leclère a fait appel de sa première condamnation et doit faire face à des frais de justice et de déplacement. Pour l’aider financièrement, un élan de solidarité s’est créé sur la Toile sur le site Leetchi, qui permet d’organiser des cagnottes de manière sécurisée, par Solidarité Pour Tous qui a déjà soutenu de nombreux manifestants contre le mariage homosexuel, notamment les Hommen.

Après quelques jours, 8.175 euros ont été récoltés grâce à 239 participants. De son côté, le Bloc Identitaire lui a fait un don de 1.000 euros par chèque. La page de soutien sur Facebook compte 16.034 mentions j’aime.