VIDEOS. Manifestation propalestinienne interdite: Le Maire en désaccord avec la position de l’UMP

UMP Pour le candidat à la présidence de l'UMP, l'interdiction des manifestations propalestiniennes «n'était pas une bonne idée»...

M.B.

— 

Bruno Le Maire, député UMP de l'Eure le 25 janvier 2014.
Bruno Le Maire, député UMP de l'Eure le 25 janvier 2014. — WITT/SIPA

Ils ne sont pas sur la même longueur d’onde. Lundi, le secrétaire général intérimaire de l’UMP, Luc Chatel, a estimé justifiée la décision d’interdire les manifestations propalestiniennes, ce week-end en Ile-de-France à Paris et à Sarcelles, même si elle n’a pas suffi à empêcher les violences (Voir les vidéos ci-dessous).

 

>> Violences à Sarcelles: «Les valeurs de la France sont menacées»… Toutes les réactions par ici

«Pour l’UMP, ce ne sont pas seulement les auteurs de violences qui doivent être lourdement sanctionnés, ce sont tous ceux qui, en bravant l’interdiction de manifester, défient la République», a précisé le député de Haute-Marne.

Une position qui tranche avec celle de Bruno Le Maire. Sur Europe 1, le candidat à la présidence de l’UMP cet automne, a affirmé que l’interdiction préalable, souhaitée par le gouvernement, des manifestations propalestiniennes «n’était pas une bonne idée».


Bruno le Maire: "J’aurais préféré voir… par Europe1fr

«Quand on interdit, encore faut-il se donner les moyens d’interdire, (…) j’ai dit la semaine dernière que l’interdiction des manifestations ne me semblait pas une bonne idée, que la liberté de manifester était un principe constitutionnel et qu’il ne fallait pas y toucher. Ils ont voulu y toucher, ils ont voulu interdire et ne se sont pas donné les moyens d’interdire», a déclaré le député de l’Eure constatant «qu’il y a eu d’autres manifestations qui ont été autorisées, il n’y a pas eu de débordements, il n’y a pas eu de violence».

>> Manif propalestinienne interdite: Qu’est-ce qui justifie une décision de ce type?

Dans la majorité aussi, l’interdiction des manifestations fait débat. Dès vendredi, six députés PS avaient appelé, en vain, le gouvernement à revenir sur sa décision.