Pour Martine Aubry, «il n'est pas trop tard pour réussir le quinquennat»

POLITIQUE L'adversaire de François Hollande pendant les primaires socialistes sort de son silence...

20 Minutes avec AFP

— 

Le premier ministre Manuel Valls, la maire de Lille Martine Aubry et le premier secretaire du PS Jean-Christophe Cambadelis ont soutenu la tete de liste PS pour le Nord-Ouest, Gille Pargnaux lors d' un meeting dans le cadre de la campagne des europeenne 2014. 
Lille, FRANCE-15/05/2014/BAZIZ_1129.17/Credit:BAZIZ CHIBANE/SIPA/1405161144
Le premier ministre Manuel Valls, la maire de Lille Martine Aubry et le premier secretaire du PS Jean-Christophe Cambadelis ont soutenu la tete de liste PS pour le Nord-Ouest, Gille Pargnaux lors d' un meeting dans le cadre de la campagne des europeenne 2014. Lille, FRANCE-15/05/2014/BAZIZ_1129.17/Credit:BAZIZ CHIBANE/SIPA/1405161144 — SIPA

La maire de Lille Martine Aubry (PS) a jugé vendredi qu’il n’était «pas trop tard» pour «réussir le quinquennat», notamment la réforme sur les régions.

Elle reconnaît des loupés

«On a fait de belles choses, on en a loupé d’autres», a déclaré, lors d’une conférence de presse à Paris, Martine Aubry, très discrète au plan national depuis qu’elle a quitté la direction du PS en septembre 2012. «Si depuis deux ans dans tous les domaines, on avait eu une grande vision et une méthode, on aurait eu un peu moins de problèmes», a-t-elle jugé.

«Il n’est pas trop tard pour réussir le quinquennat, il n’est pas trop tard pour réussir la réforme de la décentralisation et cette réforme sur les régions (…), au Sénat on pourrait revenir vers la raison», a-t-elle dit. Martine Aubry, entourée de huit élus du Nord, a qualifié d'«aberration économique et sociale» la création d’une région Nord-Pas-de-Calais-Picardie.

On n’est pas en train de faire du Monopoly

«J’entends dire que le Nord-Pas-de-Calais veut rester seul. Non. Nous voulons avoir le temps de porter une grande réforme qui ait un sens», a-t-elle dit. Et «ceux qui arrivent au dernier moment et nous disent qu’on regarde la Picardie de haut n’ont rien compris», a-t-elle ajouté.

«On n’est pas en train de faire du Monopoly ou jouer à Sim’s City. On touche aux origines de chacun», a-t-elle encore dit. Expliquant «vouloir aller plus loin sur le fond», elle a notamment évoqué l’hypothèse d’une grande région regroupant le Nord-Pas-de-Calais, la Picardie et la Normandie».