Déclarations d'intérêts des eurodéputés: «Un durcissement des règles serait une bonne chose»

INTERVIEW Le directeur du think tank Notre Europe - Institut Jacques Delors revient sur la publication des délcarations d'intérêts des eurodéputés...

Propos recueillis par Enora Ollivier

— 

Le Parlement européen, à Strasbourg.
Le Parlement européen, à Strasbourg. — G. VARELA / 20 Minutes

Les déclarations d’intérêts des députés européens ont été publiées cette semaine. Et révèlent quelques surprises. 20 Minutes revient dessus avec Yves Bertoncini, directeur de Notre Europe - Institut Jacques Delors.

>> Lire: Les déclarations des eurodéputés français passées au crible

Les déclarations laissent apparaître que certains eurodéputés cumulent avec une autre activité. Est-ce normal?

Il y a deux choses différentes: ceux qui cumulent avec d’autres mandats, et ceux qui ont des activités rémunérées à côté. Pour le premier cas, il n’y a pas de règle européenne, c’est selon chaque pays. A la fin des années 1990, la France avait interdit aux députés européens d’exercer aussi une présidence d’exécutif local, mais est revenue dessus. On trouve donc des personnes comme le président de la Région Limousin qui est aussi député européen -cette situation serait impossible en Allemagne. Du côté du privé, c’est autre chose, car l’Europe est très attentive. Par exemple, un Commissaire européen a été viré à cause de ses liens présumés avec l’industrie du tabac. Pas sûr que ça aurait été le cas dans tous les gouvernements.

On voit notamment sur ces déclarations qu’Eva Joly cumule plusieurs activités de conseils, et d’enseignement…

Le fait que ce soit sur la place publique est une bonne chose. Si la pression est trop forte, si beaucoup trouvent ça choquant, Eva Joly devra peut-être s’expliquer, voire aviser si elle continue ou non. Ou peut-être estimer que, comme il n’y a pas d’interdiction, elle peut poursuivre.

Cela pose aussi la question de l’investissement de ces députés dans leur mandat…

Etre député européen requiert un engagement total, encore plus qu’un député national. La circonscription est plus grande, les distances aussi. Si on veut bien faire les choses, on ne fait que ça. La plupart des eurodéputés ne font d’ailleurs que ça… mais on parle peu des grands travailleurs! Je ne serais pas surpris que la publication des déclarations d’intérêts puisse donner lieu à un durcissement des règles, dans un contexte où l’Europe n’a pas une très bonne réputation auprès des citoyens. Et ce serait une bonne chose, pour que les eurodéputés se consacrent pleinement à leur mandat. Quant à ceux qui veulent gagner de l’argent, qu’ils fassent autre chose!