UMP: Forte hausse des adhésions malgré les affaires qui s'accumulent

POLITIQUE De près de 30%...

M.P.

— 

Photo d'archives de caméras et appareils photos disposés devant le siège du parti UMP, rue de Vaugirard dans le 15e arrondissement de Paris, le 26 mai 2014
Photo d'archives de caméras et appareils photos disposés devant le siège du parti UMP, rue de Vaugirard dans le 15e arrondissement de Paris, le 26 mai 2014 — Thomas Samson AFP

Les adhérents UMP ne sont pas des Français comme les autres. En général, la multiplication des affaires refroidissent les électeurs. Mais les militants UMP, eux, s’investissent encore plus. C’est le résultat de l’enquête d’Europe 1, qui montre qu’entre juin 2013 et juin 2014, le parti est passé de 124.000 adhérents à 161.000.

Soit une hausse de près de 30 % en un an, alors que les affaires se sont accumulées: le sarkothon pour renflouer le parti après l’invalidation des comptes de campagne, la guerre larvée entre Copé et Fillon, l’affaire Bygmalion, la démission de Jean-François Copé, la mise en examen de Nicolas Sarkozy pour corruption active…

«Une vraie dynamique liée à ce qui touche Nicolas Sarkozy»

Comment expliquer ce regain? L’UMP a envoyé en «automatique» une carte d’adhérent à tous ceux qui ont participé au Sarkothon à l’été 2013, rapporte Europe 1. Et ils étaient 65.000 à s’être mobilisés pour rembourser les 11 millions d’euros.

Un indice, déjà peut-être à l’époque, de la vigueur militante des sympathisants UMP. Ou de l’attrait qu’exerce le retour de moins en moins improbable de Nicolas Sarkozy sur les militants. «Il y a aujourd’hui, à la fin du premier semestre, plus d’adhérents à l’UMP et une vraie dynamique liée à ce qui touche Nicolas Sarkozy. Beaucoup de nos militants, à l’intérieur de la famille, ont voulu montrer leur adhésion en la renouvelant», explique à la radio Edouard Courtial, le délégué général aux fédérations de l’UMP. Un afflux qui pourrait jouer sur le prochain congrès qui désignera le nouveau patron de l’UMP.