Jean-François Copé dénonce les «règlements de compte personnels» à l’UMP

POLITIQUE L’ancien secrétaire général du parti a pris la parole au lendemain d’un bureau politique explosif…

Vincent Vantighem

— 

Jean-François Copé quittant le siège de l'UMP à Paris, le 10 juin 2014
Jean-François Copé quittant le siège de l'UMP à Paris, le 10 juin 2014 — Eric Feferberg AFP

Lui qui a l’habitude de s’exprimer sur les chaînes de télévision et les antennes de radio a choisi, ce mercredi matin, de donner son point de vue par une sobre déclaration écrite à l’Agence France Presse. Il n’en demeure pas moins que le message est violent pour les membres de l’UMP.

>> Audit: La dette de l’UMP s’élève à 74,5 millions

Jean-François Copé y dénonce «les règlements de compte personnels (qui) rendent l’UMP inaudible» au lendemain du bureau politique qui a permis d’y voir plus clair sur les comptes du parti. Rendant publics les résultats d’un audit interne, la direction temporaire de l’UMP a annoncé, mardi soir, que la dette du parti s’élevait à 74,5 millions d’euros au 30 juin 2014. Cependant, le parti peut fonctionner jusqu’en 2017 s’il suit des «exigences fortes», a commenté Alain Juppé, membre de la direction temporaire, lors d’un point presse.

«Des souhaits de vengeance et de rancœur»

Ce ne sont pas tant les problèmes financiers qui ont fait sortir Jean-François Copé de sa réserve. Mais plus les vieilles guerres intestines qui minent le parti. «Au lieu de cet indispensable travail d’opposition et de proposition, ce sont hélas des souhaits de vengeance et de rancœur personnelles qui semblent d’abord être à l’esprit de certains membres de l’UMP au point de désespérer les Français et de faire douter, je sais, nos militants», écrit le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne).

>> Eclairage: Un parti politique peut-il être en faillite?

Il s’agit de sa première prise de parole depuis son départ effectif de l’UMP mi-juin, en dehors d’un tweet de soutien à Nicolas Sarkozy. Et elle n’est pas tendre. Jean-François Copé n’a, semble-t-il, pas apprécié que sa gestion du parti soit mise en cause et, plus encore, qu’elle soit qualifiée de dispendieuse.

Les billets d’avion pour sa femme, les factures de Dati…

24.000 euros de billets d’avions payés par l’UMP à Nadia Copé, l’épouse du député-maire de Meaux, factures de téléphone astronomiques réglées aussi par le parti pour l’eurodéputée Rachida Dati, etc. Ces révélations, semble suggérer en filigrane Jean-François Copé, viennent de ceux «qui passent le plus clair de leur temps à salir l’UMP». Les «copéistes» y ont vu un coup des «fillonistes».

>> Polémique: Retour sur une gestion dispendieuse

Pour lui, l’audit interne rendu public, mardi soir, «va dans le sens de ce [qu’il] répète depuis des mois: la situation de l’UMP est certes difficile du fait de la campagne 2012 (…) mais la situation est tout à fait viable.»