Henri Guaino veut «supprimer le syndicalisme dans la magistrature»

JUSTICE Selon l'ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l'Elysée, le corporatisme est haïssable...

20 Minutes avec AFP

— 

Le 01 septembre 2011. Universite d'ete du Medef - 2011 villages et Planete, objectif B20 . Henri Guaino .
 // V. WARTNER / 20 MINUTES
Le 01 septembre 2011. Universite d'ete du Medef - 2011 villages et Planete, objectif B20 . Henri Guaino . // V. WARTNER / 20 MINUTES — v. WARTNER / 20 MINUTES

Le député UMP Henri Guaino, proche de Nicolas Sarkozy, a estimé jeudi, au lendemain de la contre-offensive médiatique de l’ex-chef de l’Etat, qu’il fallait supprimer le syndicalisme dans la magistrature et aussi l’Ecole supérieure de la magistrature.

Le député UMP Eric Ciotti a déjà déposé en mai une proposition de loi «relative à l’impartialité des magistrats», visant à «mettre fin au syndicalisme dans la magistrature».

Sur BFMTV et RMC, Henri Guaino, ex-conseiller spécial de Nicolas Sarkozy à l’Elysée, a déclaré: «Dans notre société, plus on a de pouvoir, plus on doit avoir de devoirs. Les magistrats sont ceux qui ont le plus de pouvoir. Ils peuvent détruire votre réputation, votre situation matérielle, morale, vous priver de votre liberté».

Voyant une «volonté d’abaisser, d’humilier» dans la procédure judiciaire conduite contre Nicolas Sarkozy, l’élu des Yvelines a poursuivi: «Je pense que le syndicalisme est devenu un des plus grands maux de la magistrature».

«Mur des cons»

«Une magistrature sereine qui fait son travail avec rigueur et le maximum de sérénité possible doit se débarrasser du militantisme syndical», a affirmé Henri Guaino, rappelant qu’il figurait sur le «Mur des cons» affiché dans les locaux du Syndicat de la magistrature (SM, gauche).

«Il faut supprimer le syndicalisme dans la magistrature. On va me dire: “C’est un principe constitutionnel”. Eh bien, il faut faire un référendum et dire que ni dans l’armée ni dans la magistrature, on ne peut être syndiqué», a dit Henri Guaino.

«Le corporatisme est haïssable»

Il faut aussi à ses yeux «supprimer l’Ecole supérieure de la magistrature parce qu’elle favorise l’entre-soi». «Ça, plus le syndicalisme, ça fait le corporatisme» qui «est partout haïssable».

La proposition de loi organique d’Eric Ciotti prescrit notamment que «toute manifestation d’hostilité au principe ou à la forme du gouvernement de la République est interdite aux magistrats, de même que toute démonstration ou adhésion à une organisation de nature politique ou syndicale incompatible avec la réserve que leur imposent leurs fonctions».

L’élu des Alpes-Maritimes a affirmé dans un communiqué que sa proposition «n’installe pas une défiance vis-à-vis des magistrats mais, bien au contraire, apporte une garantie supplémentaire visant à permettre qu’il ne subsiste aucun doute concernant leur totale indépendance et impartialité».