VIDÉO. Nicolas Sarkozy: Réactions à sa mise en garde à vue: «Un justiciable comme les autres»... «Un déferlement de haine»...

RÉACTIONS Les réactions n'ont pas tardé après le placement de l'ancien chef de l'Etat en garde à vue...

B. de V. avec AFP
— 
Le ministre du Travail, François Rebsamen, le 18 juin 2014 à l'Elysée.
Le ministre du Travail, François Rebsamen, le 18 juin 2014 à l'Elysée. — VILLARD/sipa

Nicolas Sarkozy est en garde à vue, une première sous la Ve République pour un ancien Président. Les enquêteurs de l’office anti-corruption (Oclciff) de la PJ française vont pouvoir entendre l’ex-chef de l’Etat pendant une durée pouvant aller jusqu’à 24 heures, éventuellement renouvelables une fois. Les réactions n'ont pas tardé.

Stéphane le Foll, porte-parole du gouvernement: «Nicolas Sarkozy est un justiciable comme les autres»

«La justice enquête, elle doit aller jusqu'au bout, Nicolas Sarkozy est un justiciable comme les autres», a-t-il affirmé juste avant l'annonce de la garde à vue. Interrogé sur les accusations, à droite, d'une instrumentalisation politique des procédures judiciaires pour faire tort à Nicolas Sarkozy, Stéphane Le Foll les a rejetées, soulignant: «J'ai même été accusé d'être à la tête d'un cabinet noir»; «Ceux qui font ça», a-t-il dit, veulent «essayer de donner l'impression que c'est ailleurs que ça se passe.Ce feuilleton que vous laissez imaginer comme étant avec des rebondissements continus faits pour déstabiliser Nicolas Sarkozy, c'est d'abord des faits», a ajouté le proche de François Hollande. «On doit y voir clair», a-t-il insisté, tout en demandant aussi «la transparence» sur le financement de la campagne de Nicolas Sarkozy.

 

François Rebsamen, ministre du Travail: «Avec Nicolas Sarkozy, on est habitué à l'inédit»

«Avec Nicolas Sarkozy, on est habitué à l'inédit». Hier, c'étaient de hauts magistrats (...) aujourd'hui l'ancien président de la République. C'est une affaire sérieuse, mais je n'ai pas à apporter de commentaire». Il y a une action judiciaire, j'attends d'en voir les conclusions, mais disons que la période a été marquée quand même en matière de dépenses financières, de non respect des règles, par des excès qui se retrouvent aujourd'hui devant la justice»

Georges Fenech, député UMP et ancien juge d'instruction: «C'est le moment de crever l'abcès»

«C'est le moment de crever l'abcès. Je me réjouis finalement qu'enfin, la justice a accéléré. On se souvient, dans l'affaire Bettencourt, de la mise en examen de Nicolas Sarkozy qui a abouti à un non-lieu ensuite. Il faut comrprendre que les juges doivent procéder à toutes ces auditions. On est dans un cadre normal de procédure, il ne faut pas en tirer d'autres conclusions.Je ne me réjouis pas évidement qu'il ait été placé en garde à vue, mais la garde à vue, c'est une mesure technique. Le trafic d'influence c'est une infraction rare et très difficile à tenir, je reste tout à fait confiant sur l'issue de cette procédure, mais il fallait en passer par là».

Valérie Debord, déléguée générale adjointe de l'UMP: «L'acharnement est tel contre l'ancien président de la République»

«L'acharnement est tel contre l'ancien président de la République... A chaque fois qu'il évoque son éventuel retour aux affaires, étonnamment, il est inquiété par une affaire de justice qui immédiatement fait pschitt: Bettencourt, Karachi, on voit bien... C'est vrai que ça commence à devenir lassant pour ses supporteurs, je pense que ça commence à devenir lassant pour les Français aussi qui, en la matière, voient une forme d'instrumentalisation de la justice contre un homme, contre le retour d'un homme et je ne suis pas sûre que ce soit la bonne façon de rendre la justice au nom du peuple».

Julien Dray, vice-président (PS) de la région Ile-de-France: «Le fait d'être entendu n'est pas une preuve de culpabilité»

«Il y a des procédures judiciaires en cours et je pense que nécessairement, à partir du moment où le nom de Nicolas Sarkozy était au coeur de ces procédures judiciaires, il y avait nécessité pour lui de s'expliquer et pour la justice d'avoir les éléments nécessaires pour comprendre quels sont la place et le rôle qu'il a joués dans toutes ces affaires Le fait d'être entendu n'est pas une preuve de culpabilité, c'est pour lui l'occasion de s'expliquer sur le fond du dossier (...) Il va profiter de la réforme qui a été faite, c'est-à-dire la présence de l'avocat pendant la garde à vue. (Me Herzog est également en garde à vue. Il aura un autre avocat. Je pense que le meilleur service que puissent rendre les amis de Nicolas Sarkozy à Nicolas Sarkozy lui-même est de laisser la justice faire son travail, on verra les résultats, et de ne pas commencer tout de suite à mettre une pression sur les juges»

Rama Yade, vice-présidente de l'UDI, ancienne ministre de Sarkozy: «Un homme, fût-il président de la République, peut se défendre et la justice travailler sur la base de la présomption d'innoncence»

«J'attends en termes de fonctionnement de la démocratie, le respect de deux principes: la présomption d'innocence et l'indépendance de la justice. Sur la base de ces deux principes, un homme, fût-il président de la République, peut se défendre et la justice travailler. Je n'ai pas d'autre commentaire à faire».

Jean-Vincent Placé, président du groupe écologiste au Sénat: «Il n'y a pas d'acharnement du gouvernement»

«Ca devient de plus en plus navrant et quand on voit les résultats de l'extrême droite populiste, antiparlementaire, poujadiste, c'est de plus en plus inquiétant. Il n'y a pas d'acharnement du gouvernement. Le mérite du gouvernement depuis le début -c'est la volonté du président Hollande, c'est très clair aussi à la Chancellerie- est qu'il n'y a plus de suivi des affaires. D'ailleurs, ils ne savent pas grand chose de ce qu'il se passe! Je suis pour l'indépendance de la magistrature, je suis pour l'indépendance judiciaire et le secret de l'instruction».

Christian Estrosi, maire de Nice: «Un déferlement de haine»

Je pense à mon ami @NicolasSarkozy ! Jamais on aura affublé un ancien président d’un tel traitement, d’un tel déferlement de haine. #justice
— Christian Estrosi (@cestrosi) July 1, 2014