Jean-Christophe Lagarde candidat à la présidence de l'UDI

POLITIQUE Il veut en faire une force centrale de la vie politique française...

Nicolas Bégasse
— 
Jean-Christophe Lagarde, député de Seine-Saint-Denis et secrétaire général de l'UDI, le 12 septembre 2013 à Paris.
Jean-Christophe Lagarde, député de Seine-Saint-Denis et secrétaire général de l'UDI, le 12 septembre 2013 à Paris. — A. GELEBART/20 Minutes

Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Seine-Saint-Denis, a annoncé dans le Journal du Dimanche sa candidature à la présidence de l'UDI, l'objectif étant de «conquérir le pouvoir» et non pas de «porter les valises des autres».

«Je souhaite que l'UDI que nous avons construite avec Jean-Louis Borloo ait pour ambition de conquérir le pouvoir, pas de porter les valises des autres», souligne Jean-Christophe Lagarde, les « autres » désignant l'UMP.

«J'ai écouté les candidats déjà déclarés. Nous portons deux visions différentes de ce que doit être un parti centriste», a souligné le député en faisant allusion aux trois autres candidats à la présidence de l'UDI.

Mettre le centre... au centre

Il s'agit de Yves Jégo, qui a assuré la présidence par intérim de l'UDI après le retrait de Jean-Louis Borloo, du maire de Neuilly-sur-Seine, de Jean-Christophe Fromentin, et de l'ancien ministre de la Défense, Hervé Morin.

«Je refuse cette vision traditionnelle du centre qui n'est qu'un parti d'appoint, de partage des responsabilités derrière l'UMP», a-t-il insisté.

Les Français «rejettent violemment le pouvoir socialiste qui les a trahis mais n'éprouvent aucune nostalgie du pouvoir précédent. L'UDI doit construire une nouvelle histoire... »

« Je ne veux pas d'un centre qui pleure sur ses insuffisances, a poursuivi le député (...) Je veux rompre avec cette malédiction qui veut qu'avec les meilleures idées -souvent reprises et dénaturées par le PS et l'UMP- nous n'ayons jamais le pouvoir de les mettre en oeuvre nous-mêmes ».