Fin de l'écotaxe: Le péage poids lourds «ne va pas assez loin» pour Emmanuelle Cosse

POLITIQUE La patronne d'EELV appelle également la gauche à «se réveiller» après la victoire du FN aux européennes...

M.P.

— 

Emmanuelle Cosse.
Emmanuelle Cosse. — MARTIN BUREAU / AFP

Non, les écologistes ne sont pas satisfaits du système censé remplacer l’écotaxe. Le péage poids lourd «ne va pas assez loin, c’est une taxe a minima», a jugé Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts ce jeudi sur France info. En effet, certains députés écologistes ont voté contre le remplacement de l’écotaxe à l’Assemblée nationale dans la nuit de mercredi à jeudi.

«L’écotaxe visait à réduire le trafic routier, à favoriser d’autres modes de déplacement. Le problème aujourd’hui c’est qu’on réduit considérablement les voies qui sont concernées: 4.000 au lieu de 15.000 [kilomètres], et les ressources de cette taxe sont divisées par deux», a-t-elle expliqué. De plus, «l’ensemble des projets d’infrastructures des transports» qui ont été pensés dans les régions françaises l’ont été avec cet argent. Or, assure la patronne d’EELV, «la question du développement des transports publics est un enjeu énorme pour la compétitivité économique» et notamment la création d’emploi.

Et si le gouvernement assure que les projets prévus seront réalisés, Emmanuelle Cosse interroge: «Avec quel argent?». Pour elle, «toutes les pistes doivent être étudiées», y compris la renationalisation des sociétés d’autoroutes.

«Oui», les écologistes sont dans la majorité

A propos du budget, examiné actuellement à l’Assemblée, Emmanuelle Cosse a assuré que les écologistes n’étaient pas opposés au principe de faire des économies. «Les écologistes n’ont pas été opposés à aller dans un sens de réduction de la dette et de faire des économies. Ce qui est en jeu aujourd’hui, c’est le rythme et les cibles pour faire ces économies: est-ce qu’il faut vraiment 50 milliards ou en faire moins? Est-ce qu’on fait des économies sur les prestations aux ménages, ou sur les aides aux entreprises?».

Alors oui, les écologistes discutent avec les députés socialistes frondeurs mais «oui», ils appartiennent à la majorité. «Nous cherchons à ce que la gauche au pouvoir ait une politique utile, sociale. Que le gouvernement réussisse mais pour cela il faut laisser la place au débat parlementaire».

Enfin, Emmanuelle Cosse est aussi revenue sur les discussions de certains au sein de son parti avec le MoDem, notamment sur la question de la proportionnelle. «Quand le Front national gagne l’élection, il me semble essentiel que la gauche se réveille, travaille, se pose des questions, et aussi regarde notre système démocratique: est-ce normal qu’il fonctionne comme cela?»