Le «prix de l'appel du 18 juin» décerné à Sarkozy: Nicolas Dupont-Aignan voit rouge

POLITIQUE L'ancein président était à Monaco mercredi dernier...

M.B. avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy lors d'une conférence à Monaco le 18 juin 2014.
Nicolas Sarkozy lors d'une conférence à Monaco le 18 juin 2014. — V.HACHE/AFP

Il n'est pas content du tout. Nicolas Dupont-Aignan, président du mouvement Debout la République, qui se réclame du gaullisme, s'insurge contre la remise ce mercredi à l'ex-président du «prix de l'appel du 18 juin» .

Ce prix sera décerné à l'Assemblée nationale par l'Union des Jeunes pour le Progrès. Ce mouvement, héritier de l'UJP créée en 1965, a été relancé en 2010.

Une plaisanterie et une provocation

«Cette distinction est à la fois une plaisanterie et une provocation tant son quinquennat tourna le dos aux valeurs du général de Gaulle», dénonce l'ancien candidat à l'Elysée. «Alors que le gaullisme incarne avant toute chose le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, Nicolas Sarkozy a bafoué» le non des Français au référendum sur la Constitution européenne, argumente le député de l'Essonne.

«Alors que le gaullisme est la défense acharnée de l'indépendance de la France, Nicolas Sarkozy a réintégré notre pays dans le commandement de l'OTAN... Alors que le gaullisme est la primauté de l'intérêt général sur les intérêts particuliers, notamment celui des puissances financières, Nicolas Sarkozy n'a pas hésité le 18 juin dernier, à donner à Monaco une conférence privée monnayée à prix d'or auprès du groupe d'audit Deloitte», poursuit-il.

«Alors que le gaullisme donne une importance forte au progrès social, il a accepté que notre commerce soit ruiné par des pays qui pratiquent allègrement une concurrence déloyale et faussée... Personne n'est obligé d'être gaulliste, personne ne peut s'arroger le monopole du gaullisme...mais néanmoins il y a des limites à ne pas franchir dans l'imposture», prévient Nicolas Dupont-Aignan.