VIDEO. Coupe du monde: «Cette équipe de France nous a rendus heureux», dit François Hollande

POLITIQUE Pas sûr que la bonne forme des Bleus lui permette cependant de voir sa popularité remonter...

M.B.

— 

Diffusion du premier match de l'équipe de France au Brésil, contre le Honduras, pour François Hollande et les médaillés de Sotchi, à l'Elysée le 15 juin 2014
Diffusion du premier match de l'équipe de France au Brésil, contre le Honduras, pour François Hollande et les médaillés de Sotchi, à l'Elysée le 15 juin 2014 — Ian Langdson EPA

Il s’était déjà exprimé vendredi soir sur Twitter au coup de sifflet final du match remporté haut la main par les Bleus face à la Suisse.

 

Le chef de l’Etat en a rajouté une couche ce samedi en marge d’un sommet de la gauche européenne. François Hollande a exprimé «sa satisfaction et sa fierté par rapport au comportement de l’équipe de France» face à l’équipe suisse, «un adversaire de qualité» qui «figure parmi les dix premières équipes» au monde.


Football: François Hollande affiche sa fierté... par BFMTV

«La prestation de l’équipe de France a été en tous points excellente: rigueur défensive - sauf à la fin mais on pouvait le comprendre - et qualité de l’offensive», a commenté le président de la République grand amateur de ballon rond. A en croire ce tweet, il a suivi avec attention la victoire française.

 

«Cette équipe de France nous a rendus heureux et je crois que pour beaucoup de Français cela a été un bon moment parce que non seulement il y avait le résultat, l’ampleur (5 buts) mais elle donnait plaisir à voir parce qu’elle avait plaisir à jouer», a-t-il conclu.

Les Bleus au secours de Hollande?

A écouter le locataire de l’Elysée, on ne peut pas s’empêcher de se demander si l’entrée euphorique des Bleus dans ce mondial brésilien ne pourrait pas lui permettre de booster sa cote de popularité en berne. En effet, en 1998, en pleine cohabitation, les deux têtes de l’exécutif, Jacques Chirac et Lionel Jospin avaient bénéficié de la victoire de l’équipe de France dans les sondages d’opinion. «Mais au-delà du moment d’unité nationale autour d’un événement organisé en France, c’était avant tout une période de croissance économique», tempère au Figaro le sondeur Frédéric Dabi.

Selon le directeur général adjoint de l’Ifop, «personne ne peut affirmer avec certitude que le Président de la République mise sur le succès des Bleus pour rebondir dans l’opinion. Cet espoir, qu’il existe ou pas dans la tête de François Hollande, s’avère de toute façon illusoire. En effet, l’impopularité record que connaît le locataire de l’Elysée (82 % de mécontents dans le sondage mensuel Ifop/JDD) repose essentiellement sur l’absence perçue de résultats sur le plan économique et social, sur le sentiment que les effets de la crise sur les Français se sont accentués depuis 2012».