Une usine du patron du Medef occupée par 200 intermittents

SOCIAL Ils veulent déménager ses meubles à Matignon...

M.B.
Le président du Medef Pierre Gattaz le 17 juin 2014 à Paris
Le président du Medef Pierre Gattaz le 17 juin 2014 à Paris — Eric Piermont AFP

C’est la réponse du berger à la bergère. Alors que le Medef a regretté vendredi que le gouvernement «ait cédé à la pression» des intermittents, jugeant «inéquitable» sa décision de «neutraliser» le différé d’indemnisation, une mesure très contestée prévue par la nouvelle convention d’assurance-chômage, RTL rapporte que près de 200 intermittents occupent l’usine Radiall de Pierre Gattaz, le patron de l’organisation patronale, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

En effet, les manifestants estiment que le geste d’apaisement décidé jeudi soir par le Premier ministre n’est pas suffisant puisque Manuel Valls a balayé la principale revendication des intermittents, en confirmant qu’il allait agréer la nouvelle convention d’assurance-chômage, dont l’entrée en vigueur est prévue le 1er juillet.

 


>> Valls tente de déminer, mais ne semble pas convaincre



La convention d’assurance chômage des… par 20Minutes

«Ce sont les mots du patronat que nous avons entendus»

«Sa conférence de presse aurait très bien pu être écrite par monsieur Gattaz. Ce sont les mots du patronat que nous avons entendus», estime un intermittent interrogé par RTL. Si monsieur Gattaz est le maître, si monsieur Gattaz décide à la place de Matignon, on va l’aider à déménager.

>> Crise des intermittents: «On leur demande de faire le deuil de leur vocation», indique un chercheur

Résultat, les intermittents qui se trouvent dans l’entreprise spécialisée dans la connectique sont «en train de descendre les meubles, les tables, les chaises, le matériel de travail, quelques armoires» en espérant qu’ils soient embarqués par les déménageurs pour Matignon, la résidence du premier ministre, située au 57 rue de Varenne à Paris dans le 7e arrondissement.

>> Intermittents: «La grande majorité du temps de travail n’est pas comptée dans nos heures»