Front national: Marine Le Pen tend la main à son père

POLITIQUE Le président d’honneur du Front national a expliqué lors du Talk Orange-Le Figaro que sa fille avait repris contact avec lui par écrit…

D.B.

— 

Marine Le Pen et son père Jean-Marie Le Pen, lors d'un meeting du FN, le 17 mars 2007 à la Trinité-Sur-Mer
Marine Le Pen et son père Jean-Marie Le Pen, lors d'un meeting du FN, le 17 mars 2007 à la Trinité-Sur-Mer — Martin Bureau AFP

Les tensions semblent s’apaiser entre Jean-Marie Le Pen et sa fille. Invité du Talk Orange-Le Figaro ce vendredi, le président d’honneur du Front national a assuré avoir repris contact avec elle. «Elle m’a envoyé un très gentil petit mot ce matin», a-t-il déclaré, alors qu’il fête ses 86 ans ce vendredi. «Pour la fête des pères elle m’a déjà envoyé trois petits mots: bonne fête papa», a-t-il ajouté.

Une reprise de contact après la période de froid qui avait suivi la polémique sur les propos controversés de Jean-Marie Le Pen sur «la fournée d’artistes» en début du mois. «Je suis un peu marin, j’ai l’habitude du tangage, mais ça m’a un peu blessé parce qu’elle avait le sentiment que j’avais commis une faute et moi j’avais le sentiment que je n’en avais pas commise. Je trouvais que c’était injuste et accepter une injustice sans dire un mot c’est s’en faire le complice», a-t-il poursuivi.

Réflexion ironique sur Aliot

Jean- Marie Le Pen en a d’ailleurs profité pour revenir sur l’interprétation qui a été faite de ses propos: «La fournée? Qu’est-ce-qu’elle a la fournée? Tous les gens utilisent la fournée! Même Caroline Fourest (…) Je n’ai jamais entendu le mot fournée de juifs. Faire la comparaison entre un four de boulanger et un four crématoire c’est quand même tirer la ficelle un peu durement», s’est-il justifié.

Bien décidé à ne pas perdre la façade, Jean-Marie Le Pen n’a cependant pas pu s’empêcher de tacler sa fille: «Quelle que soit sa valeur, Marine Le Pen n’est que la présidente du conseil d’administration (du parti qui) ne se réduit pas à une personne». Il ne s’est pas privé non plus de répondre indirectement à Gilbert Collard, qui l’invitait à prendre sa retraite: «(Gilbert) Collard a pris sa retraite d’avocat, mais moi je ne prends pas ma retraite d’homme politique puisque je viens d’être réélu pour cinq ans. Je ne vois pas la nécessité de me retirer de la vie publique». Il n’a pas épargné non plus le compagnon de sa fille, Louis Aliot, qui avait critiqué ses propos. «Je l’ai trouvé un peu léger dans son jugement.»