Tourisme: Le gouvernement veut élargir l'ouverture dominicale des magasins dans certaines zones

TOURISME La question du travail le dimanche avait suscité beaucoup de débats pendant les élections municipales...

20 Minutes avec AFP
— 
Laurent Fabius à son arrivée le 11 juin 2014 à l'Elysée à Paris
Laurent Fabius à son arrivée le 11 juin 2014 à l'Elysée à Paris — Thomas Samson AFP

Le gouvernement veut permettre l’ouverture des magasins le dimanche à Paris dans des zones touristiques très fréquentées et dans les principales gares, a annoncé jeudi le ministre des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius, en conclusion des Assises du tourisme.

Le boulevard Haussmann concerné

«Le gouvernement souhaite qu’à Paris, après concertation avec les partenaires concernés, certaines zones comme le boulevard Haussmann puissent être classées "zone touristique d’affluence exceptionnelle" afin d’y permettre l’ouverture de commerces le dimanche», a déclaré le ministre en ajoutant que «la même souplesse est souhaitable dans les principales gares de France».

Il n'a pas évoqué les Champs-Elysées dans son allocution de clôture de ces Assisses, auxquelles ont participé 400 professionnels pendant cinq mois.

Les grands magasins, aimants à devises

L'ouverture de davantage de magasins le dimanche est un sujet récurrent du débat touristique. Les professionnels du secteur plaident pour une flexibilité dans les zones principales touristiques face à l'interdiction du travail dominical. Les syndicats défendent eux le repos dominical des salariés.

Le quartier des grands magasins boulevard Haussman (Galeries Lafayette, Printemps...) figure parmi les zones de Paris les plus fréquentées par les touristes étrangers, apporteurs de devises.

«Le touriste qui trouve porte close le dimanche ou à 19 heures n'attend pas le jeudi suivant», a souligné Laurent Fabius, qui s'était déjà prononcé il y a quelques semaines en faveur d'une flexibilité des horaires d'ouverture le dimanche dans certains cas. «Et le développement du e-commerce exerce une pression supplémentaire», a ajouté le ministre.