FN: Jean-Marie Le Pen réclame le retour de son blog dans une lettre acide adressée à sa fille Marine

POLITIQUE Le président d'honneur du Front national, dont le blog vidéo n'est plus hébergé sur le site du parti, se dit victime d'une «sanction injuste»...

E.O.

— 

Jean-Marie Le Pen à Marseille, le 20 mai 2014.
Jean-Marie Le Pen à Marseille, le 20 mai 2014. — Alain ROBERT/APERCU/SIPA

«Madame la présidente.» C’est par ces mots que Jean-Marie Le Pen commence la lettre ouverte adressée à sa fille Marine Le Pen, présidente du Front national, avec qui il est en bisbilles depuis une semaine.

Dans cette missive publiée sur son site, le président d’honneur du parti reproche à sa fille de l’«avoir «accusé, sans (l’)entendre, d’avoir commis une faute politique» quand il a proposé, en parlant de Patrick Bruel, «d’en faire une fournée la prochaine fois». Marine Le Pen s’était rapidement éloignée de cette déclaration –sans toutefois la condamner formellement– et avait décidé que le «journal de bord» vidéo de son père ne serait plus hébergé sur le site du Front national. Un engagement tenu qu'à moitié, puisqu'un lien vers le blog de Jean-Marie Le Pen figure toujours en bonne place sur le site officiel du FN.

«Vous estimez-vous fondée à sanctionner le fondateur du FN?»

«Je ne puis accepter une sanction injuste qui prive des milliers de Français, ici et dans le monde, du message politique de mon Journal de bord», s’insurge aujourd’hui Jean-Marie Le Pen, réclamant le retour de son blog, condition selon lui pour que «l’incident (soit) clos.»

L’eurodéputé reproche à sa fille d’avoir, ainsi que d’autres cadres du FN, accrédité les critiques condamnant son antisémitisme alors que lui-même se dit «victime d’une interprétation malveillante et diffamatoire qui a été faite par des ennemis politiques ou des "idiots utiles"».

«Vous-même, n’avez-vous pas été mise en cause par votre déclaration sur "l’occupation" de rues par des fidèles musulmans ou encore par votre présence à Vienne, à un bal, réputé "nazi" par nos ennemis?», demande-t-il. Avant de conclure: «Vous estimez-vous fondée à sanctionner le fondateur et président d’honneur du Front national, en outre, député européen depuis trente ans et brillamment réélu avec quatre colistiers?»