Le Languedoc-Roussillon ne veut pas de la fusion avec Midi-Pyrénées

REGIONS Christian Bourquin, le président PS du Languedoc-Roussillon, préconise plutôt que Midi-Pyrénées fusionne avec l’Aquitaine…

20 Minutes avec AFP

— 

Le sénateur Christian Bourquin (PS), président du conseil régional du Languedoc-Roussillon.
Le sénateur Christian Bourquin (PS), président du conseil régional du Languedoc-Roussillon. — Pascal Guyot afp.com

Le président PS de la région Languedoc-Roussillon, Christian Bourquin, hostile à la fusion avec la région Midi-Pyrénées, a proposé au président de cette dernière, le socialiste Martin Malvy, de fusionner avec lAquitaine.

«C'est ma terre que je défends»

«Je ne suis pas contre une réforme. C’est ma terre que je défends. La France a besoin du Sud. De nous. Je dis que lorsque l’on commence à réussir, on ne casse pas 35 ans d’efforts (…). On est passé de la 22e région à la 9e en dix ans (…) Malvy veut le magot», affirme Christian Bourquin dans un entretien publié mercredi dans Midi libre. Il accuse également le maire de Montpellier, le DVG Philippe Saurel, favorable au projet du rapprochement avec Toulouse, de sacrifier la ville.

«Je vais l’avoir (Martin Malvy, NDLR) au téléphone. Cela fait vingt ans qu’il est tourné vers l’Aquitaine… Midi-Pyrénées, c’est l’Atlantique, pas la Méditerranée. Qu’il fusionne donc avec l’Aquitaine!», ajoute-t-il.

Le Langedoc-Roussilon aurait beaucoup à perdre

Pour le président de Languedoc-Roussillon, sa région a beaucoup à perdre dans la fusion, il s’interroge notamment sur l’avenir de plusieurs réalisations de sa collectivité comme le TER à 1 euro alors que «Malvy en est à ne pas pouvoir parler à la SNCF», affirme-t-il.

Christian Bourquin reproche également à Philippe Saurel, le maire de Montpellier, de ne pas avoir l’ambition de défendre la candidature de sa ville pour devenir la capitale de la nouvelle entité régionale. Je ne pense pas que les Montpelliérains veuillent ça. C’est une faute politique grave», conclut-il.