Triumvirat à la tête de l'UMP: Pour Copé, «l'esprit d'union a prévalu»

POLITIQUE Jean-François Copé laisse sa place à la tête du parti d'opposition à Alain Juppé, François Fillon et Jean-Pierre Raffarin...

N. Bg. avec AFP

— 

Jean-François Copé à l'Assemblée nationale le 10 juin 2014.
Jean-François Copé à l'Assemblée nationale le 10 juin 2014. — LCHAM/SIPA

Pas envie de passer pour un mauvais perdant. Le président démissionnaire de l'UMP, Jean-François Copé, a jugé que le compromis trouvé mardi soir pour la direction provisoire de l'UMP était «la formule» de «la sagesse».

«L'esprit d'union a prévalu et je crois que c'était très important. Dans cette période que nous traversons, il était capital de penser d'abord à nos militants, à nos sympathisants et à tous les Français et les Françaises de droite, de centre-droit, qui partagent nos valeurs, nos combats et qui, naturellement, attendent de notre formation politique qu'elle soit rassemblée», a déclaré le député-maire de Meaux à l'issue d'un bureau politique décisif pour l'avenir du parti. «Je pense que la formule que nous avons adoptée, de ce point de vue, était celle de la sagesse», a-t-il ajouté.

Le triumvirat composé des trois anciens Premiers ministres Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé et François Fillon, prend la «direction provisoire» de l'UMP, Luc Chatel - vice-président délégué du parti jusqu'au 15 juin - étant nommé secrétaire général, après un vote unanime du bureau politique du mouvement, mardi à Paris.