VIDEO. Jean-Marie Le Pen réplique à sa fille: La «faute politique» c'est de «s'aligner sur la pensée unique»

POLITIQUE Il est revenu, ce lundi matin, sur sa phrase - «On fera une fournée la prochaine fois» - dont il a à nouveau récusé toute connotation antisémite...  

Mathieu Gruel

— 

Jean-Marie Le Pen, le 25 mai 2014.
Jean-Marie Le Pen, le 25 mai 2014. — LCHAM/SIPA

Le président d'honneur du FN, Jean-Marie Le Pen, a répliqué ce lundi à sa fille, qui avait qualifié de «faute politique» une phrase controversée sur Patrick Bruel, que la «faute politique» était de «s'aligner sur la pensée unique».

«Je considère que la faute politique, c'est ceux qui se sont alignés sur la pensée unique. Ils voudraient ressembler aux autres partis politiques. Si c'est le voeu d'un certain nombre de dirigeants du FN, ils ont réussi. C'est eux qui ont fait une faute politique, pas moi», a affirmé Jean-Marie Le Pen sur RMC.

 

Les sentiers tracés par la pensée unique

Il revenait sur sa phrase - «On fera une fournée la prochaine fois» - dont il a à nouveau récusé toute connotation antisémite, tout comme il a réitéré ne pas savoir que Patrick Bruel était juif. Plusieurs dirigeants du parti et notamment Marine Le Pen se sont démarqués de cette déclaration prononcée dans une vidéo publiée sur le site du FN et retirée depuis.

Dimanche en fin de journée, Marine Le Pen elle même est montée au créneau pour regretter la «faute politique» de son père, tout en se disant «convaincue que le sens donné à ses propos relève d'une interprétation malveillante».

Mais pour Jean-Marie Le Pen, qui a repris le terme de «faute politique» utilisé par sa fille, celle-ci est «commise par les gens et quelques dirigeants du FN qui ont donné de la consistance à ce qui était de la fantasmagorie soulevée par nos adversaires.»

«Moi je suis un homme libre, je ne me sens pas obligé de marcher dans les sentiers tracés par la pensée unique», a-t-il assuré, rejetant à nouveau toute idée de retraite. «Je vous mets au défi de trouver une phrase antisémite dans ma vie politique», a lancé le député européen, réélu avec 23 autres députés FN fin mai. D'après lui, «l'antisémitisme c'est le crime parfait, le crime le plus odieux du monde. Quand on arrive à porter cette accusation sur quelqu'un, on lui porte tort.»

Masses de soutiens

Jean-Marie Le Pen s'en est pris aussi au député Gilbert Collard (député Rassemblement bleu marine) ou au vice-président du parti Louis Aliot qui avaient condamné sa phrase: «Tout ça ce sont des individualités (...). Sous quelle influence ces gens-là ont déclenché une agression absolument injuste à mon égard?» a-t-il demandé.

Florian Philippot avait parlé lui d'une «brutalité inappropriée» dans ces propos. «Même une danseuse de l'opéra n'aurait pas trouvé ça brutal», a répliqué Jean-Marie Le Pen, qui dit avoir «reçu des masses de soutiens considérables». Il a aussi qualifié le RBM d'«espèce de formation bizarre et sans consistance».