Le ministère de la Jeunesse rompt son contrat avec une filiale de Bygmalion

POLÉMIQUE Le contrat avait été signé il y a dix ans sous Jacques Chirac...

Maud Pierron

— 

Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits de femmes le 2 mai 2014.
Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits de femmes le 2 mai 2014. — LCHAM/SIPA

Le ministère de la Jeunesse a rompu un contrat avec la filiale de Bygmalion spécialisée dans l'évènementiel, Event & Cie, qui est au coeur de l'affaire des fausses factures à l'UMP, a-t-on appris mercredi.

Pour les «Journées jobs d'été»

Confirmant une information du site Huffington Post, le ministère a précisé que ce contrat avait initialement été signé il y a une dizaine d'années, sous la présidence de Jacques Chirac par l'ex-ministre Jean-François Lamour, avec une société qui a par la suite été rachetée par Bygmalion.

Le contrat portait sur l'organisation pour 50.000 euros d'une manifestation annuelle, les «Journées jobs d'été», dont l'édition 2014 a eu lieu en mars. Il avait été renouvelé pour trois ans jusqu'en 2015 par l'ex-ministre de la Jeunesse Valérie Fourneyron, a-t-on précisé de même source. La nouvelle ministre, Najat Vallaud-Belkacem, a décidé de dénoncer ce contrat en raison de l'affaire des fausses factures.

Un contrat avec Saint-Maur-des-Fossés arrêté

Event & cie fait depuis mars l'objet d'une enquête préliminaire du parquet de Paris pour faux, abus de biens sociaux et abus de confiance, en raison des accusations de prestations surfacturées à l'UMP et au président-candidat Nicolas Sarkozy en 2012.

Un autre marché a été dénoncé par une commune du Val-de-Marne. Le maire de Saint-Maur-des-Fossés a décidé de mettre fin au contrat liant la ville à une filiale du groupe Bygmalion, Idéepôle, portant sur le marché de communication de la commune, visé depuis un an par une enquête pour favoritisme et détournements de fonds publics.