Affaire Bymalion: La classe politique réagit à la démission de Copé

POLITIQUE Rachida Dati, NKM, Benoist Apparu, Dominique Dord... Ils réagissent ce mercredi matin à la démission du président de l'UMP décidée mardi...

Romain Lescurieux

— 

Jean-Francois Copé à la sortie de TF1 le 27 mai 2014 à Boulogne-Billancourt
Jean-Francois Copé à la sortie de TF1 le 27 mai 2014 à Boulogne-Billancourt — Pierre Andrieu AFP

Englué dans l’affaire Bygmalion, Jean-François Copé a jeté l’éponge mardi 27 mai après une réunion houleuse du bureau politique. Cette démission sera effective le 15 juin, le temps de gérer les affaires courantes.

>> De la réunion à sa démission, retrouvez tous les événements de la journée ici

«Une page se tourne. Il est évident que je ferais désormais de la politique différemment», a-t-il notamment déclaré sur le plateau de TF1. Ce mercredi matin, la classe politique réagit à ce départ.

Sur RTL, Rachida Dati juge qu’il a pris «la bonne décision» en revenant toutefois sur la composition de la direction collégiale (Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon): «J’aurais préféré des personnalités neutres, non complices des haines fratricides».

 

Sur Europe 1, Dominique Dord, député maire d’Aix-les-Bains et ancien trésorier de l’UMP, revient sur l’état des finances du parti, et déclare: «Copé dit qu’il n’était pas au courant. Je ne vois pas pourquoi je mettrais sa parole en doute»

 

Sur France Inter, Benoist Apparu n’hésite pas à prendre la défense de Jean-François Copé: «Je n’ai pas de raisons de mettre en doute la parole de Jean-François Copé».

 

Sur France Info, Nathalie Kosciusko-Morizet repense d’ores et déjà le parti et propose de «se tourner vers les militants» et le centre pour «une alliance stratégique» après la victoire du FN.