Européennes: Qui sont les eurodéputés frontistes élus?

ELECTIONS Le parti compte désormais 24 eurodéputés sur les 74 que la France envoie au Parlement européen...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Marine Le Pen, présidente du Front national, le 24 mars 2014 à Nanterre.
Marine Le Pen, présidente du Front national, le 24 mars 2014 à Nanterre. — J. Brinon/AP/SIPA

DERNIERE INFO 16h: La numéro 2 de la circonscription de l'Ouest, Joëlle Bergeron, annonce sa démission.

Alors que le Front national a engrangé dimanche soir une victoire historique aux élections européennes, le parti compte désormais 24 eurodéputés sur les 74 que la France envoie au Parlement européen. En 2009, le FN n’avait envoyé que trois eurodéputés à Bruxelles. Qui sont les nouveaux eurodéputés frontistes? Qui sont ces frontistes «qui font en quelque sorte leur outing politique (…) en se présentant à cette élection européenne et qui sont tombés au bon moment» selon Louis Aliot? 20 Minutes vous présente ces nouveaux eurodéputés.

>> Tous les événéments de ce lundi, lendemain d’élections européennes, à voir dans notre live.

En Ile-de-France
Trois sièges obtenus sur les quinze disponibles.

Aymeric Chauprade. Tête de liste FN en Ile-de-France, le géopoliticien au CV et aux thèses sur le 11-septembre polémiques a écrit le volet international du programme de Marine Le Pen à la présidentielle de 2012. Il la conseille depuis quatre ans sur les questions internationales.

Marie-Christine Boutonnet. Militante de longue date au FN, Marie-Christine Boutonnet a été conseillère régionale de Midi-Pyrénées de 2004 à 2010, date à laquelle elle a été élue conseillère régionale de Champagne-Ardenne. Elle a été élue conseillère municipale d’opposition à Gaillac aux municipales de mars dernier.

Jean-Luc Schaffhauser. Cet ex-UMP, «centriste» affirmé, a été élu conseiller municipal de Strasbourg en mars dernier. L’homme, qui ne s’est pas présenté dans sa région, n’est pas encarté au FN. Il est affilié au Rassemblement bleu marine (RBM).

Dans le Sud-Est
Cinq sièges obtenus sur treize.

Jean-Marie Le Pen. Le président d’honneur du FN, 85 ans, élu au Parlement européen en 1984, a été une nouvelle fois réélu dimanche soir. Avec 28,9% des voix, il a triplé son score par rapport à 2009, date à laquelle il avait obtenu 8,49%. L’ancien chef de file de l’extrême droite française et patriarche du clan politique des Le Pen a suscité la polémique durant la campagne en évoquant le virus mortel Ebola à propos de la démographie mondiale. Il est également conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Marie-Christine Arnautu. Membre historique du Front national, Marie-Christine Arnautu est vice-présidente du FN, proche de Jean-Marie Le Pen. Elle a été conseillère régionale d’Ile-de-France de 1998 à 2010 et s’est présenté plusieurs fois contre Jean-François Copé dans son fief à Meaux. Aux municipales de mars dernier, elle a échoué à Nice face au maire sortant Christian Estrosi (UMP) mais a été élue conseillère municipale d’opposition.

Bruno Gollnisch. L’ancien vice-président exécutif du FN, écarté de cette fonction depuis l’arrivée de Marine Le Pen à la présidence du parti, est un membre historique du FN et un proche de Jean-Marie Le Pen. L’avocat a été élu eurodéputé en 1989 et réélu depuis lors. Il est parallèlement conseiller régional de Rhône-Alpes depuis 1986. Ancien conseiller municipal de Lyon, il a été élu conseiller municipal d’Hyères en mars dernier.

Mireille d'Ornano. Militante de longue date inconnue du grand public, Mireille d’Ornano est secrétaire départementale FN en Isère. Elle a été conseillère municipale de Grenoble aux dernières municipales.

Dominique Martin. Inconnu du grand public, ce militant de longue date du FN est conseiller régional Rhône-Alpes depuis 1992, et conseiller municipal de Cluses (Haute-Savoie) depuis 1989. Il siège au bureau politique du FN.

Dans le Nord-Ouest
Cinq sièges décrochés sur les dix disponibles.

Marine Le Pen. La présidente du Front national a été réélu confortablement eurodéputée, proclamant dimanche soir que son parti est «le premier parti de France».

Steeve Briois. Le tout nouveau eurodéputé Steeve Briois a été élu maire d’Hénin-Beaumont aux élections municipales de mars dernier. Le secrétaire général du Front national, qui est également conseiller régional, devra abandonner l’une de ses fonctions d’élu en raison de la loi sur le non cumul des mandats.

Mylène Troszczynski. Inconnue du grand public, Mylène Troszczynski est conseillère régionale de Picardie depuis 2010. Cette attachée de communication est la belle-fille de Michel Guiniot, chef de file du FN en Picardie.

Nicolas Bay. Secrétaire général adjoint du FN, ce trentenaire est conseiller régional de Haute-Normandie, et conseiller municipal de Sartrouville (Yvelines). L’homme, qui a été un fidèle de Bruno Mégret (contre Jean-Marie Le Pen et sa fille en 2004), est l’une des étoiles montantes du FN, qui manque de cadres. Nicolas Bay a notamment dirigé la campagne des élections municipales dans les communes de plus de 1.000 habitants.

Sylvie Goddyn. Cette assistante parlementaire est conseillère régionale du Nord-Pas de Calais depuis 2004. Conseillère municipale à Roubaix de 2001 à 2008, elle a été élue conseillère municipale d’opposition à Marcq-en-Barœul en mars dernier. Elle devra choisir entre ses fonctions électives en raison de la loi sur le non cumul des mandats.

Dans le Sud-Ouest
Trois sièges remportés sur dix.

Louis Aliot. Le vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen a été confortablement élu eurodéputé. Conseiller régional de Languedoc-Roussillon depuis 2010, l’avocat s’est notamment imposé à Perpignan qu’il n’a pas pu conquérir aux municipales de mars dernier. Il a été cependant été élu conseiller municipal d’opposition.

Joëlle Melin. Peu connue, Joëlle Melin est conseillère régionale de Provence-Alpes-Côte d’Azur. Médecin, elle est l’une des référentes du parti sur les questions de santé depuis des années. Elle a été élue conseillère municipale d’opposition à Aubagne en mars dernier.

Edouard Ferrand. Secrétaire départemental du FN dans l’Yonne, Edouard Ferrand est conseiller régional de Bourgogne et conseiller municipal à Sens. Ce militant de longue date a annoncé à L’Yonne Républicaine dimanche soir qu’il allait démissionner de sa fonction à la Région, en raison de la loi sur le non cumul des mandats.

Dans l’Ouest
Deux sièges obtenus sur neuf.

Gilles Lebreton. Cet professeur d’université de droit public 55 ans conseille Marine Le Pen sur les questions européennes et sur l’enseignement supérieur depuis son accession à la présidence du parti. Gilles Lebreton a été élu conseiller municipal de Montivilliers (Seine-Maritime) en mars 2014.

Joëlle Bergeron. Commissaire-priseur de 63 ans, Joëlle Bergeron a été élue conseillère municipale de Lorient (Morbihan) en mars dernier. Elle a annoncé lundi après-midi à l'AFP démissionner de ce futur poste. L'agence rappelle qu'il y a un mois, cette élue s'était prononcée pour le droit de vote aux étrangers aux élections locales.

Dans l’Est
Quatre sièges remportés sur neuf.

Florian Philippot. Trentenaire passé par l’ENA, le vice-président du FN chargé de la stratégie et de la communication est l’un des plus proches conseillers de Marine Le Pen. S’il a échoué aux municipales 2014 pour remporter la mairie de Forbach (Moselle), il a été élu conseiller municipal d’opposition de cette commune. Florian Philippot est l’un des stratèges de la banalisation du parti.

Sophie Montel. Militante de longue date du FN, Sophie Montel, 44 ans, est conseillère régionale de Franche-Comté depuis 1998. Membre du bureau politique du parti, elle est chargée des élus. Elle a été élue conseillère municipale d’opposition de Montbéliard en mars dernier.

Jean-François Jalkh. Ancien journaliste, Jean-François Jalkh est un membre historique du FN mais peu connu du grand public. Vice-président chargé des élections et des contentieux électoraux au sein du FN, il est conseiller régional de Lorraine depuis 2010. Il a été notamment député de Seine-et-Marne (1986-1988), et conseiller régional d’Ile-de-France (1992-2010).

Dominique Bilde. Mère de Bruno Bilde, le conseiller et chef de cabinet de Marine Le Pen, Dominique Bilde est conseillère régionale de Lorraine depuis 2010. Elle a été élue conseillère municipale de Sarrebourg (Moselle).

Dans le Massif Central-Centre
Deux sièges obtenus sur cinq.

Bernard Monot. L’économiste Bernard Monot, 51 ans, est un adhérent «secret» du FN depuis 1989. Travaillant à la Caisse des dépôts, il conseille depuis des années Marine Le Pen sur les questions économiques (notamment la sortie de l’euro) et utilisait jusqu’alors le pseudonyme Nicolas Pavillon. La «révélation» de son identité a été faite le 24 février à Chartres par la présidente du FN. Bernard Monot n’avait pas de fonction élective jusqu’à dimanche soir.

Jeanne Pothain. Grande inconnue, cette femme de 45 ans, qui travaille dans le privé, n’apparaît pas dans l’organigramme du site du Front national…

Pas d’élus FN parmi les trois nouveaux eurodéputés de l’Outre-mer.