VIDEO. Elections européennes 2014: «Des leçons doivent être tirées», mais lesquelles?

POLITIQUE Hollande a convoqué son Premier ministre Manuel Valls et des ministres ce lundi à 8h30 à l'Elysée

A.Le G. avec AFP

— 

Le président François Hollande à l'Elysée, le 22 mai 2014
Le président François Hollande à l'Elysée, le 22 mai 2014 — Yoan Valat Pool

«Des leçons doivent être tirées», a déclaré l'Elysée ce dimanche soir après que les premières estimations eurent donné le Front national largement en tête.

La claque des municipales, la débâcle des Européennes

François Hollande réunira à 8h30 à l'Elysée ce lundi matin, son chef de gouvernement Manuel Valls, ainsi que les ministres Laurent Fabius, Michel Sapin, Bernard Cazeneuve, Stéphane le Foll et Harlem Désir, à la veille de la réunion, mardi, des chefs d'Etat et de gouvernement européens à Bruxelles.

>> Toute les informations de la soirée sont à retrouver par ici

Mais que peut-il faire? Après la claque des élections municipales de mars 2014, il a changé de Premier ministre. Exit Jean-Marc Ayrault, place à Manuel Valls. Il a défini de nouvelles priorités pour la seconde partie de son mandat en annonçant notamment de grandes réformes fiscales et territoriales.

La marge de manoeuvre paraît bien étroite après la débâcle entérinée par son camp lors de ces élections européennes. Non seulement elles actent la déroute de son parti, le parti socialiste n'arrivant que péniblement en troisième position dans la plupart des régions, mais aussi la percée de l'extrême droite et du Front national dans l'Hexagone.

D'aucuns, Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen en tête, réclamaient dès ce dimanche soir la démission du gouvernement et la dissolution de l'Assemblée nationale.

>> Tous les résultats sont à retrouver sur notre carte par là

«Changer l'Europe sans rompre avec elle»

La percée du Front national constitue «un événement majeur», a estimé l'entourage du chef de l'Etat, y voyant une « expression qui ne correspond pas au rôle de la France, à son image, à son ambition ». Ainsi Ségolène Royal, ancienne candidate socialiste à l'élection présidentielle et actuelle ministre de l'Ecologie, a évoqué «un choc à l'échelle du monde».

>> Les réactions politiques par là

«Il va falloir convaincre les Français que nous avons les moyens de changer l'Europe sans rompre avec elle», affirme-t-on dans l'entourage du chef de l'Etat. «C'est le message que le président portera à Bruxelles» mardi.

«Il faut aussi agir à l'échelle nationale pour obtenir des résultats plus vite»

La volonté exprimée par l'Elysée ce dimanche soir? «Il faut aussi agir à l'échelle nationale pour obtenir des résultats plus vite et plus concrets pour redonner confiance et rassembler les Français». Car si les Français ont été consultés sur le choix de leurs députés européens, ils ont aussi sans doute souhaité, en plaçant le parti socialiste à son plus bas niveau historique, porter un message au chef de l'Etat et à son gouvernement. Un sondage Ipsos/Steria publié ce dimanche soir souligne la rupture: seuls 11% des Français estiment que François Hollande ferait un bon candidat pour le PS en 2017.