Jean-Yves Camus: «On ne peut plus relativiser le score du Front National»

EUROPEENNES 2014 «Le Front National a tiré bien mieux son épingle du jeu que les partis d’extrême-droite voisins», observe le politologue, spéclialiste de l'extrême droite...

Fabrice Pouliquen

— 

Dans la circonscription du nord-ouest, Marine Le Pen récolterait 32% des voix.
Dans la circonscription du nord-ouest, Marine Le Pen récolterait 32% des voix. — FRANCK PENNANT / AFP

Politologue spécialiste de l’extrême droite, directeur de l’Observatoire des radicalités politiques, Jean-Yves Camus revient pour 20 Minutes sur le score du Front National aux élections européennes…

Avec 25,4 % des voix, le Front national arriverait largement en tête ce soir des élections européenne 2014. Comment analysez-vous ce score?
Déjà la première constatation est que le Front National tire bien mieux son épingle du jeu que les partis d’extrême droite voisin. A l’exception du FPÖ autrichien, le PVV, le parti néerlandais de Geert Wilders est à la traîne, tout comme le Vlaams Belang en Belgique ou le parti national slovaque. Le Front National, lui, réalise en effet un score historique. Mais au-delà de ces 25,4 %, je note surtout l’écart que le FN creuse ce soir avec l’UMP. Or d’après les premières réactions que j’entends des responsables de l’UMP, je note qu’il y a une volonté là encore d’expliquer qu’il s’agit d’un scrutin exceptionnel et que les choses rentreront dans l’ordre lors des scrutins suivants. Mais cela fait tout de même plusieurs fois que le parti de Marine Le Pen réalise de bons scores…

Le Front national devient-il le premier parti de France, comme le dit Marine Le Pen?
En tout cas, le score du FN veut dire quelque chose ce soir. Encore plus si on regarde région par région. Marine Le Pen, dans la circonscription du Nord-Ouest, obtiendrait 32,6 %, creusant encore un écart plus profond avec les autres partis. On ne peut plus relativiser les scores du Front national. Après, le premier parti de France, c’est autre chose. Nous aurons à venir des élections régionales et présidentielles cette fois-ci sur des enjeux nationaux et avec des modes de scrutin tout à fait différent. C’est lors de ces échéances qu’il faudra étudier la question.

Que pourrait changer concrètement au Parlement européen cette montée de l’eurosceptisme?
Dur à dire tant qu’on n’a pas eu les résultats définitifs. Il faut bien rappeler que les partis d’extrême droite ne sont pas tous en progrès ce soir. Certes, plusieurs partis eurosceptiques réalisent de bons scores. Comme le parti anti-euro AFD en Allemagne ou le Parti populaire belge par exemple. Mais ces deux partis sont totalement différents du Front national. Ce n’est pas la même ADN politique et ont d’ores et déjà annoncé qu’il n’y aurait pas de coalition possible en vue de former un groupe au parlement européen.

>> Retrouvez toutes les infos de la soirée par ici

>> L'ensemble des résultats par là