Européennes 2014: La poussée attendue des extrêmes semble se confirmer

EUROPEENNES 2014 L’AFD en Allemagne, L’Aube dorée en Grèce, le FPÖ en Autriche enregistreraient tous de bons scores à ces élections européennes 2014…

Fabrice Pouliquen

— 

Le parti anti-euro allemand AFD de Bernd Lucke réaliserait un score de 6,5% selon les sondages à la sortie des bureaux de vote.
Le parti anti-euro allemand AFD de Bernd Lucke réaliserait un score de 6,5% selon les sondages à la sortie des bureaux de vote. — HANNIBAL HANSCHKE / DPA / AFP

Les Européens votaient dimanche pour élire le prochain Parlement européen lors d’un scrutin où une poussée des extrêmes était attendue après des années de crise et d’austérité, et cette poussée semblait confirmée par les premiers sondages sortis des urnes en Grèce, en Allemagne et en Autriche.

Les citoyens de 21 pays de l’UE sont appelés aux urnes dimanche pour désigner près de 600 eurodéputés sur un total de 751. Les premiers chiffres à la sortie des urnes tombent désormais et confirment la poussée des extrêmes anticipées par les sondages de ces derniers jours.

Près de 6,5 % pour le parti anti-euro allemand

Ainsi, en Allemagne, pays qui envoie le plus gros contingent d’eurodéputés (96), les sondages à la sortie des bureaux de vote accordent un score de 6,5 % au parti anti-euro AFD, créé au printemps 2013. Ce qui lui permettrait de faire son entrée au parlement européen. Mais les conservateurs de la CDU/CSU restent largement en tête, crédités de 36 % des voix, devant les sociaux-démocrates qui amélioreraient leur score à 27,5 % (contre 20,8 % en 2009).

En Grèce, pays très durement touché par l’austérité, le parti de la gauche radicale Syriza d’Alexis Tsipras semblait arriver en tête, légèrement en avance sur la Nouvelle-Démocratie (droite, au pouvoir). Mais le parti néonazi Aube dorée espérait également avoir des élus et obtiendrait entre 8 et 10 % des voix.

Le parti d’extrême droite autrichien et le parti europhobe britannique en net progrès 

En Autriche, le parti d’extrême droite FPÖ progresserait nettement et arriverait en troisième position, avec 19,9 % des suffrages, en hausse de plus de cinq points par rapport à 2009, derrière les chrétiens-démocrates et les sociaux-démocrates au pouvoir. Ce parti espère constituer un groupe notamment avec le Front national, qui faisait la course en tête en France selon les derniers sondages.

L’Ukip europhobe britannique semble elle aussi en passe de réaliser un score historique, si l’on en juge par ses résultats aux élections locales qui se déroulaient également jeudi. En revanche, le parti anti-islam PVV a subi un échec aux Pays-Bas, en n’obtenant que 12 % des voix contre près de 18 % il y a cinq ans.

Mais l’euroscepticisme ambiant va être «renforcé par le vote contestataire contre les partis de gouvernement», souligne Jean-Dominique Giuliani, le président de la Fondation Robert Schuman.