Illustration: Une électrice dépose un bulletin dans une urne devant le drapeau de l'Union européenne.
Illustration: Une électrice dépose un bulletin dans une urne devant le drapeau de l'Union européenne. — © European Union 2013 EP

Politique

A REVIVRE. Elections européennes 2014: Les conservateurs en tête... Les europhobes en force... Réunion de crise à l'Elysée... Le FN, «premier parti de France»...

Revivez, minute par minute, la soirée électorale...

 

00h18: Merci de nous avoir suivi. Ce live est désormais terminé. Retrouvez dès demain matin les réactions politiques et les enseignements de ce scrutin.
00h09: L'Ukip va arriver en tête selon Nigel Farage qui annonce «un séisme»
>> Lisez notre analyse sur 20 Minutes: L'Ukip va-t-il faire sortir la Grande-Bretagne de l'Europe?
00h03: Jean-Claude Gaudin «prend acte»

23h57: En Agleterre, l'Ukip, europhobe, est en tête dans deux régions sur douze
L'Ukip europhobe devançait les conservateurs au pouvoir et l'opposition travailliste en terme de sièges, dans deux régions du Royaume-Uni sur douze, selon les premiers résultats officiels diffusés. Après l'annonce des résultats dans l'Est et le Nord-Est du Royaume-Uni, le parti de Nigel Farage était assuré d'avoir au moins quatre sièges au Parlement européen, devant le parti conservateur au pouvoir (3 sièges) et l'opposition travailliste (3 sièges). Dans la région de l'Est, l'Ukip a remporté trois sièges, comme le parti conservateur au pouvoir, devant l'opposition travailliste (un siège). Dans le Nord-est, l'Ukip a remporté un siège, soit un de plus que lors des élections précédentes. Le Labour est en tête dans cette région, avec deux sièges. L'Ukip, donné vainqueur de ces élections par les sondages pré-électoraux, avait neuf députés dans le Parlement européen sortant. Le Royaume-Uni a 73 députés européens.
23h53: Le FN à 26% et le PS à moins de 14%...
... selon des résultats partiels sur 80% des inscrits.

23h47: A Paris, le PS reste en tête, selon Hidalgo


23h42: Le commissaire européen français Michel Barnier est «en colére»
Le commissaire européen chargé du Marché intérieur, le Français Michel Barnier, n'a pas caché dimanche soir sa «colère» contre les responsables politiques mais aussi les médias, après la victoire du Front national aux européennes. «Je suis en effet très en colère ce soir comme patriote et comme européen, homme politique et citoyen», a déclaré l'ancien ministre de l'Agriculture UMP et européen convaincu sur France 3. «J'en ai marre de voir cette caricature de débats sur les questions européennes, ce rapport si difficile entre les citoyens, les hommes politiques, les journalistes aussi, et la question européenne». «Pourquoi ne faut-il ne parler de l'Europe que tous les cinq ans, si mal et si peu et laisser, pendant ce temps-là, le silence?», s'est-il interrogé.
23h32: En Italie, le parti de Matteo Renzi est en tête
Le Parti démocrate, parti de centre gauche du chef du gouvernement italien Matteo Renzi, est arrivé en tête devançant le Mouvement Cinq Etoiles de l'eurosceptique anti-partis Beppe Grillo, selon les premiers sondages cités par les différents médias. Selon l'institut Piepoli-Censis, le PD s'adjugerait entre 29,5% et 32,5% des suffrages, le M5S 25 se situerait à 28%, tandis que Forza Italia, le parti de centre droit Silvio Berlusconi arriverait troisième avec entre 18 et 20%. Un autre sondage de l'institut EMG donnait une avance encore plus nette au PD à 33%, contre 26,5% au M5S et 18% à Forza Italia.

23h29: A son QG, Marine Le Pen exalte...
>> Lire le reportage d'Enora Ollivier, notre envoyée spéciale à Nanterre, au siège du FN.
23h27: Marine Le Pen à la Une du Financial Times