Dupont-Aignan passe la frontière franco-italienne avec une Kalachnikov

POLITIQUE Pour dénoncer la porosité des frontières...

20 Minutes avec AFP

— 

Nicolas Dupont-Aignan.
Nicolas Dupont-Aignan. — WITT / SIPA

Le député souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, convié jeudi soir à un débat public à Nice sur les élections européennes, a fait un détour par la frontière italo-française pour convoyer une Kalachnikov dans un coffre de voiture et réclamer un rétablissement des contrôles douaniers. «C'est une action symbolique. Nous avons montré que nos frontières étaient des passoires», encourageant «les trafics», a-t-il commenté par téléphone, aussitôt son forfait réalisé.

Un score proche des 2%

Le président de Debout la République, a expliqué avoir acheté la Kalachnikov sur internet, mais il précise avoir enlevé le chargeur avant de s'en servir comme outil de communication. Dupont-Aignan s'est rendu jeudi après-midi, en compagnie de sa tête de liste dans la région Sud-Est aux européennes Gerbert Rambaud, à l'ancien poste de douane désaffecté de Menton, là où l'ancien trader Jérôme Kerviel a été arrêté dimanche à minuit.

Côté français, il a ouvert devant la caméra de France 3 Côte d'Azur le coffre de voiture de militants arrivant d'Italie qui convoyaient la Kalachnikov. «Nous sommes un pays qui a abandonné les contrôles de ses frontières. A cette absence de frontières, on est en train d'ajouter le démantèlement de nos services douaniers. Aujourd'hui, il y a un plan douanes qui supprime un douanier par jour», affirme-t-il. Les sondages attribuent aux listes du député des scores proches des 2%.