VIDEO. Jean-Marie Le Pen assume ses propos polémiques sur «l'explosion démographique»

POLITIQUE Le président d'honneur du FN a estimé en évoquant l'«explosion démographique» dans le monde que «Monseigneur Ebola peut régler ça en trois mois»...

M.B.

— 

Jean-Marie Le Pen lors de son discours à Marseille, le 20 mai 2014.
Jean-Marie Le Pen lors de son discours à Marseille, le 20 mai 2014. — Claude Paris/AP/SIPA

Jean-Marie Le Pen a encore frappé. La petite phrase du président d’honneur du Front National lâchée mardi soir à Marseille suscite de nombreuses réactions ce mercredi.

Tandis que Jean-Marie Le Pen abordait l'«explosion démographique» dans le monde avant son discours prévu une heure plus tard au Palais de l'Europe du Parc Chanot de la cité phocéenne. Selon lui «Monseigneur Ebola peut régler [les problèmes démographiques] en trois mois».

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a condamné des propos jugés «inadmissibles» sur l’immigration, soulignant qu’ils montrent, contrairement à ceux qui le laissent penser, que le Front national «n’a pas changé».


Jean-Marie Le Pen dérape: "Le FN n'a pas changé... par BFMTV

«Saillie insupportable» pour le PCF

Olivier Dartigolles, porte-parole du Parti communiste français (PCF) a fustigé «une provocation ignoble» dont «est si friand» la tête de liste du FN dans le Sud-Est aux élections européennes. «C’est à vomir. La vieille baderne fasciste revient à ses fixettes sur la solution finale, lui qui s’était déjà illustré avec son "durafour crématoire"», s’insurge le PCF. Et d’ajouter que «cette saillie insupportable et pourtant prévisible met en face de leurs responsabilités tous ceux qui donnent des brevets de respectabilité à la formation que Marine Le Pen dirige et dont Jean-Marie Le Pen est le fondateur.»

Sur Twitter, la ministre du Droit des femmes Najat Vallaud-Belkacem a dénoncé «des propos à glacer le sang».

 

>> Européennes: De quel parti êtes-vous le plus proche? Faites le test sur «20 Minutes» avant de voter

«Voter Le Pen aux élections européennes pour protester contre la classe politique, c’est comme s’inoculer le sida pour protester contre les laboratoires pharmaceutiques quand on doute des remèdes!», ironise pour sa part Marc Tarabella. Selon le chef de délégation PS au Parlement européen, «il est évident que si plainte est déposée contre ces propos incitant à la haine, la levée de son immunité parlementaire serait votée dès la session européenne de juillet».

Une «observation» démographique

Jean-Marie Le Pen, lui, se défend de tout dérapage. Il a expliqué que ses déclarations sur le virus Ebola qui pourrait régler la question de l'immigration relevait d'une simple «observation» démographique.

«Cette phrase fait le buzz sur le net. Je sais qu'un certain nombre de gens malveillants s'efforceront de diaboliser le FN. Ils ont tort, a ajouté l'homme politique de 86 ans. Il peut se produire des événements inopinés. Ebola, le seigneur Ebola, est un redoutable danger car il n'y a pas de thérapeutique pour le soigner. Il peut faire des ravages et balayer les populations dans le monde».

Et d'ajouter : «En 1919, la grippe espagnole a tué en un an plus de gens que la guerre de 1914-1918 en cinq ans. Nous ne sommes pas maîtres des grands équilibres mondiaux.»