Chômage: Rebsamen veut passer sous la barre des trois millions en 2017

POLITIQUE Il y a 3,349 millions actuellement...

M.P. avec AFP

— 

François Rebsamen à l'Assemblée nationale le 7 mai 2014.
François Rebsamen à l'Assemblée nationale le 7 mai 2014. — K. TRIBOUILLARD / AFP

Il avait déjà expliqué à plusieurs reprises que parler d'«inversion de courbe du chômage», très peu pour lui. François Rebsamen, le nouveau ministre du Travail, ne voulait pas être tenu par l'engagement (raté) de son prédécesseur, Michel Sapin, et de François Hollande, d'autant qu'il trouvait le terme un peu «techno». Mais l'ex-sénateur de Dijon s'est toutefois engagé fermement, expliquant ce mardi matin sur Radio Classique et LCI que son objectif était de tomber sour la barre des 3 millions de chômeurs à la fin du quinquennat, contre 3,349 millions actuellement.

«L'inversion de la courbe du chômage, c'est une expression que je n'ai pas reprise, (...) moi, je veux faire baisser le chômage, c'est-à-dire diminuer le nombre de chômeuses et de chômeurs. Il y en a 3.349.000 aujourd'hui, il faut que, quand nous arriverons vers la fin de ce quinquennat, il y ait moins de 3 millions de chômeurs», a-t-il déclaré.

«Maintenant, il faut la croissance»

«Ce n'est pas possible que ce pays continue de faire le choix (...) du chômage de masse qui porte atteinte à la cohésion sociale», a poursuivi le ministre. «Il faut respecter les salariés qui sont en place aujourd'hui, mais on ne peut pas choisir uniquement la protection de ceux qui ont du travail contre l'entrée sur le marché du travail des autres», a-t-il déclaré.

«Tous les dispositifs d'aide à l'emploi sont là, maintenant, il faut la croissance», a-t-il conclu sur le sujet. Selon les derniers chiffres de Pôle emploi, les 3.349.000 demandeurs d'emploi sans activité recensés fin mars constituent un nouveau record. Depuis l'élection de François Hollande en mai 2012, Pôle emploi a comptabilisé près de 425.000 chômeurs supplémentaires.

L'engagement de François Hollande et de Michel Sapin, prédécesseur de François Rebsamen, d'inverser la courbe du chômage fin 2013 n'a pas été tenu selon les chiffres de Pôle emploi, mais l'a été selon ceux de l'Insee. Le taux de chômage mesuré par l'Institut, selon les normes du Bureau international du Travail (BIT), a baissé de 0,1 point au 4e trimestre 2013 (9,8% en métropole) après une stabilisation lors des trois premiers trimestres.