Surveiller oui, mais pas la vie privée

Stéphane Colineau

— 

no credit

Me contrôler, pourquoi pas, mais s’immiscer dans mon intimité, pas question. La nouvelle enquête réalisée par l’institut LH2 pour le Manifeste 2007 20 Minutes-RMC dessine les contours de ce que les Français tolèrent en matière de sécurité et de technologies de contrôle. Résultat, ils se déclarent d’abord gênés par « la possibilité d’accès aux mails envoyés » par un tiers, puis « par les téléphones portables qui permettent de localiser les gens », et par « les caméras de surveillance ».

En revanche, les sondés jugent plus acceptables « les fichiers des personnes qui commettent des infractions». François Miquet- Marty, directeur des études politiques de LH2, voit une explication dans cette hiérarchie du tolérable. « Les gens sont surtout sensibles à ce qui relève de données intimes, comme le mail ou le téléphone portable. Ils sont aussi gênés quand la surveillance est effectuée à leur insu. Mais quand il s’agit de fichiers d’auteurs d’infractions, connus de tous, ou de caméras de surveillance, qui sont visibles, cela les gêne moins. Ils se disent que la sécurité peut être à ce prix. »

Plus généralement, le sondage montre que les Français, loin de s’alarmer d’une dérive à la«Big Brother », ne manifestent pas de rejet massif de ces technologies. Mais il montre aussi une méfiance à l’égard de ce que l’avenir leur réserve. D’abord parce que les jeunes, pourtant familiers de ces nouveaux outils avec lesquels ils ont grandi, les tolèrent moins que leurs aînés : 57 % des 18- 24 ans dénoncent des atteintes à la liberté, contre 32%des 65 ans et plus. Ensuite parce que, inquiets de ce que le progrès permettra bientôt (lire ci-dessous), deux tiers des Français réclament de « davantage réglementer » l’usage de ces technologies.

- Retrouvez l'intégralité des résultats du sondage sur la sécurité et les nouvelles technologies.

A travers trente sondages, le Manifeste recense les souhaits des électeurs. Tous les thèmes de la présidentielle seront abordés jusqu’au 28mars.Cettephotographie donnera lieu à un catalogue de propositions qui sera remis aux candidats.