Plan d’économies du gouvernement: Pour certains députés PS, ça ne passe toujours pas

POLITIQUE Ils ne voteront pas mardi prochain le plan présenté par Manuel Valls…

Maud Pierron
— 
Le Premier ministre Manuel Valls à la sortie du Conseil des ministres le 23 avril 2014 à l'Elysée à Paris
Le Premier ministre Manuel Valls à la sortie du Conseil des ministres le 23 avril 2014 à l'Elysée à Paris — Alain Jocard AFP

Ils ne sont toujours pas convaincus par le plan d’économies de 50 milliards du gouvernement et ne le voteront pas. Malgré les amendements –à la marge – de Manuel Valls, et malgré les explications de Michel Sapin, le ministre des Finances, devant la commission des Finances de l’Assemblée nationale, des députés socialistes annoncent ce mercredi qu’ils ne voteront pas le plan d’économie du Premier ministre mardi prochain.

Sans surprise, le député Laurent Baumel, tenant de la Gauche populaire, a annoncé sa décision sur Twitter :

Audition de M.Sapin.Pas d'inflexion sérieuse de la pol budg.La déroute des municipales n'a servi à rien.Cette fois je ne vote pas #directAN
— Laurent Baumel (@laurentbaumel) April 23, 2014


 


Le député d’Indre-et-Loire retweete également un autre député socialiste, du Pas-de-Calais, aussi mécontent que lui, et qui fait part de son intention de s’abstenir :

Pour l heure en l état après les propos de Le Guen sur le respect du Parlement par le nouveau gouvernement .Si c est cela je m abstiens
— Guy Delcourt (@Guy_Delcourt) April 23, 2014


 


Sur LCI, Christian Paul, un député proche de Martine Aubry, a également fait savoir qu’il ne voterait pas le plan présenté par Manuel Valls. «Je ne vote pas, je vais vous dire pourquoi. Qu'est-ce que nous cherchons? Le bon chemin pour l'économie française et une ligne juste pour les Français. Aujourd'hui le dosage n'est pas le bon», a-t-il lâché. Une déclaration sans surprise puisque Christian Paul avait été à l’orgine de l’appel d’une centaine de parlementaires socialistes qui réclamaient un «contrat de majorité» avant le vote de confiance au gouvernement de Manuel Valls.

D'autres socialistes classés à à l'aile gauche du PS pourraient les imiter. Pouria Amirshahi, porche de Benoît Hamon, balance par exemple:

L'exécutif persévère seul dans des choix insupportables…Absence des citoyens. Effacement démocratique. Triste et grise vision de la France.
— Pouria Amirshahi (@PouriaAmirshahi) April 23, 2014



Des prises de positions loin d’être anodines vu que la majorité du PS à l’Assemblée ne tient qu’à une voix. Mais le gouvernement pourra probablement compter sur l’appui de voix de radicaux de gauche mais aussi, d’après Le Monde, d’élus de l’UMP, tels Frédéric Lefebvre et Benoist Apparu.