Benoist Apparu riposte au canular qui a diffusé son numéro de téléphone

POLITIQUE Le député-maire UMP de Châlons-en-Champagne a riposté en détournant par l'humour l'affiche du festival «Furies», le commanditaire du canular...

B.D. avec AFP

— 

L'ex-ministre UMP du Logement, Benoist Apparu, à l'Assemblée nationale le 10 septembre 2013
L'ex-ministre UMP du Logement, Benoist Apparu, à l'Assemblée nationale le 10 septembre 2013 — Jacques Demarthon AFP

Le député-maire UMP de Châlons-en-Champagne Benoist Apparu, dont le numéro de portable avait été diffusé par un collectif d'artistes sur de fausses pancartes immobilières à Reims, a riposté ce mardi soir en détournant par l'humour l'affiche du festival «Furies», le commanditaire du canular.

«Nous avons fait éditer des affiches en détournant le dessin d'une ancienne édition du festival avec la mention "Festival du cirque téléphoné et du théâtre immobilier bien subventionné" renvoyant à une adresse internet en "point con" au lieu d'un "point com"», a expliqué Benoist Apparu. Selon lui, une dizaine de ces affiches devaient être placardées ce mardi en fin de soirée sur le mur du théâtre Rive-Gauche, siège du festival «Furies» qui avait commandé au collectif «Boijeot-Renauld-Turon» une performance artistique dans le cadre de sa manifestation «Entre-sort».

Retrait de plainte

Des membres du collectif et quelques bénévoles avaient posé dans la nuit de vendredi à samedi près de 600 panneaux rouges et blancs portant la mention «A vendre», le nom d'une fausse agence immobilière et le numéro du député-maire de Châlons sur des fenêtres ou des balcons d'habitations du centre ville de Reims qui n'étaient pas à céder.

Benoist Apparu qui avait reçu, selon lui, des centaines d'appels notamment de propriétaires furieux, a finalement retiré sa plainte ce mardi après la révélation du canular. Il a néanmoins changé de numéro de portable. Par ailleurs, le député maire a également fait poser des pancartes similaires à celles qui ont été utilisées pour la performance artistique à Reims, mais marquée cette fois de la mention «vendu», sur l'ancien mess des officiers de Châlons qui doit être prochainement transformé en pôle de développement économique.

«J'ai laissé mon ancien numéro de portable qui renvoie à un message humoristique vantant cette très belle opération pour Châlons», a précisé Benoist Apparu. «C'est ma manière de clore l'histoire et de répondre à cette performance dont la portée artistique m'a quelque peu échappé mais qui m'a causé certains désagréments», a-t-il souligné.