VIDEOS. Montebourg, Mélenchon, Sarkozy… Quand les politiques insultent les journalistes

POLEMIQUE Arnaud Montebourg s'est lâché vendredi. Mais il n'est pas le seul adepte parmi la classe politique. Petit florilège...

M.B.

— 

Nicolas Sarkozy le 10 mars 2014 à Nice
Nicolas Sarkozy le 10 mars 2014 à Nice — Valery Hache AFP

L’insistance des journalistes a fini par faire sortir Arnaud Montebourg de ses gonds. Ce vendredi, les journalistes qui l’accompagnaient à l’occasion d’une sortie sur le terrain à Clermont-Ferrand avec le président de la République, «étaient plus intéressés par l’affaire Morel que par la visite du site Michelin.


Montebourg à la presse:» vous êtes de sacrés… par BFMTV

Pressé de questions sur les révélations de Mediapart qui accusent l’ancien directeur de campagne d’Arnaud Montebourg lors de la primaire socialiste de 2011 d’avoir «travaillé en cachette pour des laboratoires pharmaceutiques, y compris à une époque où il était censé les contrôler, au mépris de la loi», il leur répond sur le ton de l’humour en anglais «no statement, thank you», c’est-à-dire «pas de réaction, merci». Avant de lâcher dans un large sourire qu’ils sont de «sacrés emmerdeurs».

La patience du ministre de l’Economie avec la presse a en effet parfois ses limites. Comme en février dernier où face à des journalistes, il leur demande à plusieurs reprises de vouloir couper leurs portables alors qu’il doit faire une déclaration. Visiblement excédé, il lâche: «Coupez les téléphones, mais coupez-les. Moi je ne peux pas travailler comme ça. Mettez les vibreurs… Ou alors mettez-les dans la Seine et ce sera réglé!»


Montebourg à des journalistes:» coupez vos… par BFMTV

Mais ces piques à l’égard des journalistes ne sont rien comparées à celles, répétées, de son ancien camarade Jean-Luc Mélenchon. Le coprésident du Parti de gauche est un spécialiste des sorties virulentes. Le mois dernier, il a traité un journaliste de Canal + de «crétin», «d’abruti», et même de «vermine».


Jean-Luc Mélenchon traite un journaliste de… par puremedias

En mai 2012, c’est un journaliste du Parisien qu’il qualifiait de «facho patenté».

Nicolas Dupont-Aignan, le président de Debout la République (DLR) peut lui aussi avoir le sang vif. En février, il lâche à un journaliste de LCP: «Vous êtes une merde intégrale».

Le Supplément du 16/02 — Eldin Reporter

Un peu moins agressif, mais insultant quand même, un journaliste de LCI s’est vu gratifier d’un «couillon, va» par Nicolas Sarkozy en mai 2012.