Accusé par Mediapart, Aquilino Morelle, proche conseiller de Hollande, dément tout «conflit d'intérêts»

POLITIQUE «Elysée: les folies du conseiller de François Hollande», a titré Mediapart ce jeudi...

M.B.
— 
Aquilino Morelle est venu témoigner, jeudi 23 mai, au procès du Médiator à Nanterre (Hauts-de-Seine).
Aquilino Morelle est venu témoigner, jeudi 23 mai, au procès du Médiator à Nanterre (Hauts-de-Seine). — LUDOVIC-POOL/SIPA

Accusé de liens avec les labos dans un article au vitriol par Medipart, Aquilino Morelle, proche conseiller de Hollande, dément tout «conflit d’intérêts» sur sa page Facebook.

Le journal affirme que l’ancien conseiller de Lionel Jospin à Matignon entre 1997 et 2002 «avait travaillé en cachette pour des laboratoires pharmaceutiques, y compris à une époque où il était censé les contrôler, au mépris de la loi».

Et d’ajouter que ce fils d’immigrés espagnols «qui n’a pris qu’une fois la lumière, lorsqu’il a signé, en tant qu’inspecteur de l’IGAS (Inspection générale des affaires sanitaires), un rapport très médiatisé sur le scandale sanitaire du Mediator, a beaucoup menti, et a beaucoup omis».

«Respecté toutes les règles et toutes les procédures»

Rappelant qu’il est «docteur en médecine, ancien interne des hôpitaux de Paris et ancien élève de l’ENA», Aquilino Morelle assure avoir «respecté toutes les règles et toutes les procédures, en particulier le passage devant la Commission de déontologie» de la fonction publique d’Etat.

«En tant que fonctionnaire, un certain nombre d’activités annexes sont autorisées par la loi, dont l’enseignement et le conseil», fait encore valoir ce proche de François Hollande accusé par le site d’avoir «travaillé en cachette pour des laboratoires pharmaceutiques, y compris à une époque où il était censé les contrôler», en tant qu’inspecteur de l’IGAS.