Régions, départements: 60% des Français prêts pour le «big bang territorial»

TERRITOIRE Alors que le gouvernement a annoncé son intention de supprimer les conseils généraux et de diviser par deux le nombre de conseils régionaux...

20 Minutes avec AFP
— 
Manuel Valls lors de son discours de politique générale le 8 avril 2014 à l'Assemblée.
Manuel Valls lors de son discours de politique générale le 8 avril 2014 à l'Assemblée. — Christophe Ena/AP/SIPA

Le millefeuille territorial sera grignoté avec la bénédiction des Français. Une majorité d'entre eux (60%) sont favorables à la suppression des départements et une même proportion se dit prête à la réduction de moitié des régions, après les annonces la semaine dernière du Premier ministre Manuel Valls, selon un sondage* Ifop pour Sud Ouest Dimanche.

Carte prévisionnelle de la fusion des conseils régionaux, par «Challenges». - IDE

 

L'institut relève que, concernant la fusion des départements avec les régions, l'opinion a connu un «renversement complet» puisqu'une précédente enquête de l'Ifop, réalisée en octobre 2008 alors que la droite était au pouvoir, révélait que 59% des personnes sondées étaient opposées à cette mesure.

Le coût des «doublons administratifs»

Globalement, la suppression des départements est majoritairement approuvée, indépendamment des sympathies politiques, souligne encore l'Ifop, même si elle reçoit une approbation plus large de la part des sympathisants PS: 73% contre 63% pour les sympathisants UMP (contre respectivement 29% et 51% en 2008).

Les habitants des communes rurales sont eux aussi favorables à la réduction du «millefeuille» administratif, mais de façon moins large: 51% approuvent ainsi la suppression des départements et 54% la réduction des régions de 22 à 11, note l'institut de sondages.

La question du déficit public, omniprésente depuis 2008 et celle du coût, souvent pointé, du maillage territorial et des «doublons administratifs» ont «sans doute fortement contribué à ce retournement des mentalités», qui semble désormais prêtes au «"big bang territorial"», y compris en ce qui concerne la réduction du nombre de conseils régionaux, analyse l'Ifop.

*Enquête réalisée sur internet du 9 au 11 avril auprès d'un échantillon de 978 personnes représentatif de la population (méthode des quotas).