PS: Cambadélis juge «excessif» le débat sur Harlem Désir

POLITIQUE Le candidat à la direction du Parti socialiste concède toutefois qu'il n'a «pas réussi» à faire gagner la gauche aux municipales...

F.V.

— 

Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS, au siège de son parti à Paris, le 3 mars 2014
Jean-Christophe Cambadélis, secrétaire national du PS, au siège de son parti à Paris, le 3 mars 2014 — Lionel Bonaventure AFP

Interrogé sur la polémique soulevée par la nomination de Harlem Désir comme secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, Jean-Christophe Cambadélis,  pressenti pour diriger le Parti Socialiste, a répondu sur RTL: «je trouve ça excessif. Harlem Désir, tout le monde connaît sa passion pour l'Europe et franchement il sera un très bon ministre des Affaires Européennes.»

«Il a été parlementaire européen, vice-président du parlement européen, membre du parti socialiste européen, il a défendu un certain nombre de textes au parlement européen, il connaît tout ça sur le bout des doigts», a-t-il assuré. «Ce n'est pas une promotion au gouvernement, c'est la constitution d'une équipe avec quelqu'un qui a une spécialité», a insisté Jean-Christophe Cambadélis.

Il a concédé qu'Harlem Désir «n'a pas réussi» à faire gagner la gauche aux élections municipales. Et d'ajouter : «On peut avoir échoué quelque part, et réussir ailleurs».

Il souhaite un vote des militants PS

Jean-Christophe Cambadélis a par ailleurs dit souhaiter un vote des militants sur le nouveau Premier secrétaire. «Si on attend le congrès statutaire, ils [les militants socialistes] ne seront pas consultés et moi je souhaite qu'ils soient consultés à la fois sur celui ou celle qui sera Premier secrétaire et puis sur les grandes questions d'organisation et de rénovation du parti socialiste».

«Harlem Désir, au lendemain de notre immense défaite, historique, m'a convoqué. Il a estimé qu'il avait une part de responsabilité dans cette situation, il m'a dit qu'il fallait que je me prépare, que j'y réfléchisse. Ce n'était pas obligatoire que ce soit moi le Premier secrétaire mais il pensait que j'étais capable de l'assumer. Il a demandé à Guillaume Bachelay, parce que nos statuts disent que c'est le numéro deux qui doit administrer le parti quand le Premier secrétaire s'en va, s'il voulait prendre le poste. Ce dernier a, élégamment pour moi, dit qu'il ne le souhaitait pas», a expliqué le député de Paris, candidat malheureux au poste face à Harlem Désir en 2012.

Le probable futur Premier secrétaire du PS va rencontrer les premiers secrétaires fédéraux d'Ile-de-France ainsi que «l'ensemble de la liste» candidate aux européennes dans cette région pour désigner le remplaçant de Harlem Désir en tête de la liste. «On va régler ça dans la journée», a-t-il dit.