Manuel Valls entouré de g à d de Bernard Cazeneuve, Arnaud Montebourg, Ségolène Royal, Christiane Taubira, François Rebsamen, lors du premier Conseil des ministres le 4 avril 2014 à l'Elysée à Paris
Manuel Valls entouré de g à d de Bernard Cazeneuve, Arnaud Montebourg, Ségolène Royal, Christiane Taubira, François Rebsamen, lors du premier Conseil des ministres le 4 avril 2014 à l'Elysée à Paris — Philippe Wojazer Pool

POLITIQUE

Remaniement: Le gouvernement de Manuel Valls est-il vraiment resserré?

L’équipe compte 30 membres contre 26 sous Lionel Jospin en 1997 par exemple…

«J’ai composé un gouvernement compact, resserré…» Ainsi s’exprimait mardi le Premier ministre Manuel Valls devant l’Assemblée nationale dans son discours de politique générale, six jours après l’annonce des 16 ministres de plein exercice de sa nouvelle équipe.

Manuel Valls:» J’ai composé un gouvernement compact, resserré, solidaire et paritaire» sur WAT. tv

Mais mercredi, la liste s’est allongée avec la nomination de 14 secrétaires d’Etat, soit deux de plus que prévu, portant le total des membres du gouvernement Valls à 30. C’est moins que les 38 de son prédécesseur Jean-Marc Ayrault et que la moyenne des effectifs sous la Ve République qui frise les 34. Le record toute catégorie avait été atteint en 1988 avec le gouvernement Rocard qui comptait 49 ministres!

«C’est une blague, un artifice de communication»

De là à parler d’un gouvernement Valls resserré, le politologue Thomas Guénolé, est dubitatif. «C’est une blague, un artifice de communication. Il faut arrêter les gadgets de communiquant. Les Français ne sont pas dupes», juge l’auteur du Petit guide du mensonge en politique (First).

La limitation du nombre de ministres est un vieux serpent de mer de la vie politique française «puisqu’il est apparu en France au lendemain des événements du 6 février 1934», une manifestation antigouvernementale qui dégénèrera dans le sang suite à l’affaire Stavisky, rappelle Raymond Ferretti, maître de conférences en droit public à l’Université de Lorraine désormais à la retraite.

L’ancien chef du gouvernement André Tardieu souhaitait que le nombre de ministres soit limité à six. «Mais aucun gouvernement n’a pu atteindre cet objectif», précise Raymond Ferretti. La palme revient au deuxième gouvernement de Georges Pompidou (1962 et 1966) avec 25 membres, suivi par celui de Lionel Jospin (1997-2002) avec 26 ministres. Manuel Valls fait donc moins bien que l’ancien Premier ministre dont il s’occupait de la communication à Matignon.

Moins de monde au Conseil des ministres

Mais en choisissant de nommer uniquement des secrétaires d’Etat plutôt que des ministres délégués comme lors du gouvernement sortant, Manuel Valls resserre le plan de table du Conseil des ministres. Jusqu’ici à l’Elysée, chaque mercredi, les 21 ministres et 17 ministres délégués se retrouvaient d’office dans le salon Murat aux côtés de Jean-Marc Ayrault et de François Hollande.

Les secrétaires d’Etat, situés au dernier rang de l’échelon ministériel, sont seulement admis quand l’ordre du jour comporte une question concernant leurs attributions. Autre différence: leur rémunération s’élève 9.440 euros bruts par mois, c’est 500 euros de moins qu’un ministre délégué.