Gouvernement: Revivez la nomination des 14 secrétaires d'Etats du gourvernement Valls

Vincent Vantighem

— 

Manuel Valls et François Hollande sur le perron de l'Elysée le 2 avril 2014.
Manuel Valls et François Hollande sur le perron de l'Elysée le 2 avril 2014. — E. FEFERBERG / AFP
Les informations à retenir :
>> Une douzaine de secrétaires d'Etat seront nommés dans l'après-midi.
>> Jean-Pierre Jouyet est pressenti pour devenir Secrétaire général de l'Elysée.
>> Harlem Désir pourrait être remplacé par Jean-Christophe Cambadélis à la tête du PS.
>> La réforme pénale sera débattue avant l'été.

20h20: Chers internautes, il est désormais temps de refermer ce live. Beaucoup d'infos sont tombées dans la journée. La France a désormais 14 nouveaux secrétaires d'Etats et un secrétaire général de l'Elysée. Les réactions se sont multipliées. Elles devraient se poursuivre demain et dans les jours à venir. Merci à vous de nous avoir suivis et bonne soirée.
20h12: "La recherche donne des emplois et crée du bien être (...) c'est la disparition des pesticides. J'appelle tous les maires à supprimer les pesticides dans les écoles, les espaces verts. C'est une atteinte à la santé."
20h10: "La relance économique va venir de la relance de la consommation" selon Ségolène Royal. Sur la carte territoriale, elle parle d'une "réforme courageuse. En se mettant ensemble, les régions développeront leur capacité à être puissantes. Les identités resteront."
20h08: Ségolène Royal est actuellement au 20h de France 2: «Nous sentons de la volonté, de l'énergie, de la concentration et la conscience de la difficulté dans laquelle nous sommes.»
20h03: Par ailleurs, deux députés PS, Dominique Lefebvre et Valérie Rabault, se sont déclarés intéressés par le poste de rapporteur général du Budget de l'Assemblée, laissé vacant par la nomination de Christian Eckert au gouvernement, a-t-on appris mercredi de sources parlementaires.
19h40: Pour l'élection du futur patron du PS, les élus du collectif de la Gauche Forte éclament un vote interne des militants socialistes «au plus vite» pour choisir le successeur du premier secrétaire du PS Harlem Désir, qui entre au gouvernement, jugeant les pratiques du moment pas acceptables.
«Avant même la nomination d'Harlem Désir au gouvernement cet après-midi (mercredi) et sa démission de la direction du Parti, les adhérents socialistes apprenaient le nom de son successeur potentiel via les médias et les réseaux sociaux», s'étonnent dans un communiqué le député du Cher Yann Galut et son collègue des Hauts-de-Seine Alexis Bachelay.
19h38: Le Sénat hostile au Big Bang territorial de Manuel Valls. L'ensemble des groupes politiques au Sénat, représentant des collectivités locales, a manifesté mercredi son hostilité au big bang territorial de Manuel Valls, à l'exception des socialistes et des écologistes, augurant des débats musclés au sein de la haute assemblée.
Après les députés mardi, le Premier ministre venait présenter aux sénateurs les grandes lignes de sa politique générale, parmi lesquels la réduction de moitié des régions en 2017, et la suppression des conseils départementaux à l'horizon 2021.
«Chacun sait qu'il faut continuer à réformer notre organisation territoriale», a souligné Jean-Claude Gaudin (UMP). «Mais cette réforme passe notamment par la répartition des compétences et la question de la cohabitation entre les régions et les départements», a-t-il estimé, affirmant l'opposition totale de son groupe à la suppression du département, "qui doit être un espace adapté à l'expression démocratique de la ruralité».
19h27: Pour vous faire une idée précise du visage de nos nouveaux secrétaires d'Etats, voici un trombinoscope bien utile.http://cache.20minutes.fr/img/photos/20mn/2014-04/2014-04-09/article_IDE-Secretaires-d_Etat1.jpg
18h55: Pour saluer la nomination d'Harlem Désir, il y a aussi les messages de l'opposition...
18h51: Désir a proposé le nom de Cambadélis pour lui succéder à la tête du PS. Celui qui a été nommé mercredi secrétaire d'Etat du gouvernement Valls, a proposé, devant l'exécutif du Parti socialiste, le nom de Jean-Christophe Cambadélis pour lui succéder. Cette proposition a été faite "en accord avec" le numéro 2 du parti Guillaume Bachelay, a déclaré M. Désir lors du Bureau national du PS, selon son discours.
18h25: Pour Manuel Valls, il s'agit de légiférer pour la décennie qui vient. Le Premier ministre a demandé mercredi aux sénateurs les grandes lignes de sa politique. «Nous devons légiférer non pour les mois qui suivent, mais pour la décennie qui vient», a lancé le chef du gouvernement devant les sénateurs, au lendemain de sa déclaration de politique générale à l'Assemblée. «Les priorités politiques doivent trouver une traduction concrète dans le calendrier parlementaire», a précisé le chef du gouvernement. «Les projets de loi qui seront déposés devront contribuer à la mise en oeuvre des lignes directrices fixées par le président de la République», a-t-il dit.
18h13: Celui d'Axelle Lemaire aussi d'ailleurs.
18h11: Le petit tweet de remerciements de Fleur Pellerin est arrivé.
17h45: La nomination de Jean-Pierre Jouyet ne plait pas à tout le monde. Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche (PG), a jugé mercredi que François Hollande «franchit les limites de la décence» en nommant au secrétariat général de l'Elysée Jean-Pierre Jouyet, «l'homme de l'Europe sarkozyste» selon le PG.
Pour lui, Jean-Pierre Jouyet «a fait le sherpa de Sarkozy pour tromper le peuple français après qu'on ait voté non» au référendum sur le traité constitutionnel en 2005.
16h57: On la lit moins souvent, voici la liste des perdants.
N'ont pas été reconduits: Vincent Peillon, Pierre Moscovici, Cécile Duflot, Nicole Bricq, Philippe Martin, Victorin Lurel pour les ministres de plein exercice.
Thierry Repentin, Alain Vidalies, François Lamy, Michel Delaunay, Dominique Bertinotti, Marie Arlette Carlotti, Pascal Canfin, Yamina Benguigui, Anne-Marie Escoffier, Guillaume Garot, Hélène Conway-Mouret pour les ministres délégués.

16h54: Le PRG récompensé.
Si Sylvia Pinel perd son ministère, le PRG est tout de même récompensé par la nomination d'Annick Girardin, élue de Saint-Pierre-et-Miquelon. Quant à Axelle Lemaire, comme 20 Minutes l'annonçait, elle hérite du poste de Secrétaire d'Etat au Numérique.


16h52: Le temps de l'analyse.
Peu de surprises si ce ne sont les nominations de Ségolène Neuville et de Thierry Braillard. Le maintien de Frédéric Cuvillier, Geneviève Fioraso ou encore Fleur Pellerin était attendu.
Sinon, le gouvernement a offert à André Vallini et Jean-Marie Le Guen les maroquins qu'ils convoitent depuis 2012.

16h49: La suite...
Frédéric Cuvillier, aux Transports et à la Pêche
Geneviève Fioraso, à la Recherche
Christien Eckert, au Budget
Valérie Fourneyron, au Commerce, à l'Artisanat
Axelle Lemaire, au Numérique
Kader Arif, aux Anciens Combattants
André Vallini, à la Réforme Territoriale
Laurence Rossignol, à la Famille et aux Personnes âgées
Ségolène Neuville, aux Personnes handicapées
Thierry Braillard, au Sport
16h48: La liste arrive
Jean Marie Le Guen, aux Relations avec le Parlement
Fleur Pellerin, au Commerce extérieur
Harlem Désir, aux Affaires européennes
Annick Girardin, au Développement et à la Francophonie
16h47: Un homme est sorti de l'Elysée.
Mais il ne semble pas que ce soit Pierre René Lemas.

16h45: Peut-être un souci?
Un heureux secrétaire d'Etat aurait-il finalement refusé la responsabilité? Difficile à dire. Pour l'instant, le perron de l'Elysée est vide.
16h44: Les drapeaux sont sortis.
Et le suspense est à son paroxysme.
16h44: Ca a l'air chouette...
...à l'intérieur de l'Elysée. La porte entrouverte laisse entrevoir une jolie horloge dorée.
16h43: Le micro est installé.
Je répète : Le micro est installé.
16h42: La porte s'ouvre...
... mais personne ne sort
16h41: Le journaliste de BFM ne sait plus quoi raconter.
Après un retour plateau où l'on a évoqué la couleur du costume de Manuel Valls, retour dans la cour de l'Elysée. Le malheureux a bien du mal à meubler... «On vous retrouve dans quelques instants en direct de l'Elysée...»
16h37: La porte vitrée de l'Elysée semble bouger toute seule.
Assez étrange. Mais pour l'instant, Pierre-René Lemas se fait attendre.
16h30: L'annonce de Pierre-René Lemas est imminente.
16h11: La séance de questions est terminée et suspendue.
Manuel Valls se rend à 16h30 au Sénat pour prononcer un discours. C'est la coutume. Le débat qui a eu lieu, mardi, à l'Assemblée nationale aura lieu au Sénat.
16h08: Et le jeu des devinettes reprend de plus belle.
Olivier Faure et Thomas Tévenoud, nommés secrétaires d'Etat. Fin du suspense dans une vingtaine de minutes environ.


16h07: Dernière question.
C'est Dominique Nachury, députée UMP du Rhône qui la pose. Elle concerne les rythmes scolaires...
16h04: Paul Giaccobi impose le silence.
L'élu corse rend hommage à Jean Lecia, élu tué par balles au soir des municipales. «Un grand journal qui fut autrefois un journal de référence a dit que j'étais le prochain sur la liste...» Tout le monde se tait. Manuel Valls répond. «Tout doit être fait pour retrouver les assassins de monsieur Lecia», assure le Premier ministre.
15h57: La liste des secrétaires d'Etat sera connue à 16h30.
C'est l'entourage de François Hollande qui l'annonce. C'est Pierre René Lemas qui l'annoncera avant de quitter l'Elysée pour laisser sa place à Jean-Pierre Jouyet
.
15h51: Manuel Valls répond.
«Je ne veux pas féliciter tel ou tel mais j'apporte mon soutien aux 36.000 maires de France quels que soient leurs bords politiques», attaque Valls qui rappelle que la loi sur le cumul des mandats s'appliquera dès 2017, à l'attention de tous les députés qui sont également maires. Autrement dit, tous les questeurs du jour de l'UMP...
Le Premier ministre parle de la réforme pénale. «Il doit y avoir un débat. Et il aura lieu au mois de juin. C'est la volonté du gouvernement.»

15h49: Des députés s'assoupissent.
L'UMP félicite ses électeurs et assure que rien ne va changer avec Manuel Valls. Les ministres remettent en cause les dégâts causés par le quinquennat Sarkozy. Bref, on n'apprend pas grand chose. Il y a même quelques députés qui s'assoupissent...


15h47: Il reste encore cinq questions à poser.
Dont deux pour l'UMP...
15h45: L'aile gauche du PS grince au sujet de l'arrivée possible de Cambadélis, rue de Solférino.
Le député Jérôme Guedj, de l'aile gauche du PS, s'est dit mercredi favorable à une «direction collégiale» par intérim au parti, mettant en garde contre un sentiment de «dépossession» des militants.
«Je suis attaché à la démocratie dans mon parti. Qu'il puisse y avoir un intérim, ça paraît concevable, je préfèrerais que ce soit dans le cadre d'une direction collégiale», a-t-il déclaré dans les couloirs de l'Assemblée, alors que le premier secrétaire, Harlem Désir, doit quitter la tête du PS et être remplacé par Jean-Christophe Cambadélis.
15h41: Anne Grommerch salue les habitants de Thionville...
... qui ont refermé la parenthèse du socialisme. L'UMP poursuit son tour de France des villes gagnées sur la gauche. Facile. Mais efficace.
15h39: Saviez-vous que Manuel Valls a des origines Suisses?
Le Premier ministre parle toujours de ses origines espagnoles. Il dévoile plus rarement qu'il a passé une partie de son enfance en Suisse. Le Figaro raconte cette enfance helvétique dont il tire «certaines qualités».
15h38: Ségolène Royal prend la parole.
Salve d'applaudissements à gauche. Huées à droite. Elle répond à une question sur la transition énergétique, «ardente obligation». «C'est une formidable chance, un formidable défi...» Il n'y aura pas d'annonces aujourd'hui. L'ancienne compagne de François Hollande se contente d'asséner les lieux communs sur le sujet.
15h37: Pendant ce temps-là @chaiseplastique continue son travail de sape...

15h34: Le remaniement se poursuit à l'Elysée
Pendant ce temps-là, on apprend que François Hollande a décidé de profiter de ce remaniement pour se séparer de deux de ses conseillers. Selon Le Nouvel Observateur, sa chef de cabinet Isabelle Sima et son conseiller à la diversité Faouzi Lamdaoui devraient quitter le chateau.
15h33: Gérald Darmanin prend la parole pour l'UMP.
Il commence par remercier les habitants de Tourcoing qui, en l'élisant, ont «mis fin à 25 années de socialisme». Le jeu de communication de l'UMP fonctionne à merveille.
15h30: Sur Twitter, @chaiseplastique revisite les questions
Ce compte parodique propose une autre vision de la séance des questions au gouvernement.


15h26: Benoît Hamon répond.
On prend la réponse de 15h08 et on recommence...
15h24: Question de Lionel Luca sur la réforme des rythmes scolaires.
«Je suis déjà assez consterné, attaque-t-il. Pas moins de 2.500 communes ont délibéré contre cette réforme. Mais elles y sont contraintes... Cela coûte cher.» Il accuse le gouvernement de «faire la poche des communes».
«M. le Ministre, allez-vous laisser les communes librement choisir d'adopter ou non cette réforme?»
15h22: Bernard Cazeneuve répond.
Moment savoureux où Cazeneuve répond à Urvoas. Ce-dernier briguait justement le poste de ministre de l'Intérieur. Bernard Cazeneuve vante l'action de Manuel Valls quand il était à l'Intérieur. Difficile de faire autrement...
Pendant ce temps-là, Manuel Valls n'a pas encore répondu à une seule question.
15h19: Claude Bartolone appelle au calme
«On a tous compris que l'opposition est souvent pas d'accord avec le gouvernement», lâche le Président de l'Assemblée nationale avant de donner la parole à Jean-Jacques Urvoas. «Je me réjouis de travailler avec vous, dit-il à Valls. En ma qualité de président de la Commission des Lois». Une forme de réponse à tous ceux qui l'envoient Place Vendôme, remplacer Christiane Taubira dans trois mois. La question porte sur la hausse des cambriolages.
15h15. Jean-Luc Moudenc ovationné par la droite.
Le député qui a fait basculer Toulouse à droite lors des dernières élections municipales est ovationné par ses camarades au moment de prendre la parole. Il se permet de saluer les Toulousains avant de demander à Manuel Valls où sont les 11 milliards qu'il manque dans son équilibre.
Dans son discours de politique générale, le Premier ministre a, en effet, «oublié» 11 milliards.
Une fois encore, c'est Michel Sapin qui répond. Sa voix s'éraille un peu.
15h14: Lapsus de Michel Sapin.
Envoyé à la tribune pour répondre à Bernard Roman, Michel Sapin se permet un «Monsieur le Président de la République» en s'adressant à Claude Bartolone avant de se reprendre. «Je vais la refaire, donc. Monsieur le Président de l'Assemblée nationale...»

15h13: Pendant ce temps-là, le jeu se poursuit.
Axelle Lemaire, dont nous annoncions la possible nomination au poste de secrétaire d'Etat au Numérique, est dans l'hémicycle. Cela veut dire pas de secrétariat d'Etat? Réponse dans quelques heures...


15h11: Bernard Roman au micro pour le parti socialiste.
La question devrait permettre au gouvernement de se mettre en avant... Il commence par citer les avancées permises par le gouvernement. «Vous devez amplifier ces réussites.» Manuel Valls se retourne, tout sourire. Le nouveau locataire de Matignon semble détendu.
15h08: Benoît Hamon prend la parole pour répondre à Yves Jégo.
Il commence par saluer l'action de son prédécesseur, Vincent Peillon. «4.000 communes ont déjà adopté les rythmes scolaires. Pour la rentrée 2014, 92% des communes ont déjà fixé leur nouvelle organisation. Il ne sera pas dans mes choix, dans mon discours ni dans ma politique une posture qui consistera à nier l'embarras que cela a pu suscité. Mais... Notre priorité, c'est la réussite de tous les élèves. Je suis disposé à ce que des discussions soient mises en place mais elles doivent répondre à un objectif: la réussite de l'élève.» Fin de non-recevoir en somme...
15h06: Yves Jégo prend la parole pour l'UDI. Question sur les rythmes scolaires.
«L'UDI sera une opposition constructive, attaque-t-il suscitant quelques bravos. Mais opposition constructive veut dire aussi majorité constructive. Il existe un problème. Celui des rythmes scolaires. Beaucoup de familles sont inquiètes. Beaucoup de maires sont dans la difficulté. Je veux faire une proposition pour sortir par le haut des difficultés. Laissez au maire le pouvoir de décision sur les rythmes scolaires...»
15h04: Valls envoie Sapin répondre à sa place.
Michel Sapin prend la parole. Le Premier ministre peut envoyer ses ministres répondre à sa place. Michel Sapin estime que l'Europe doit être un espace de justice. «Vous avez raison d'insister sur la nécessité de mettre une taxe sur les transactions financières», répond Michel Sapin.
15h02: La séance des Questions au gouvernement est ouverte.
Première question de la députée écologiste Danielle Auroi sur l'avenir des Européens. «Pourrez-vous faire entendre la voix de la France?»

15h01: BFM balance des noms.
Est-ce les indiscrétions obtenues, ce matin auprès de Manuel Valls lui-même? BFM assure que Laurence Rossignol hériterait du secrétariat d'Etat aux Personnes âgées, que Jean-Marie Le Guen du maroquin chargé des Relations avec le Parlement. Quant à Geneviève Fioraso, elle serait secrétaire d'Etat à la Recherche.
14h57: C'est parti pour le grand jeu de poker menteur.
Les noms des possibles secrétaires d'Etat circulent sur les réseaux sociaux. Le Figaro assure que Christiane Taubira pourrait quitter la Place Vendôme d'ici à trois mois pour être remplacé par Jean-Jacques Urvoas.
Réaction de l'intéressé: un grand éclat de rires...

D'autant que si un homme remplace une femme ministre dans trois mois, il va falloir qu'une femme remplace, en même temps, un homme si le gouvernement veut rester paritaire...

14h36: La phase II du remaniement après les questions au gouvernement.
Selon Enora Ollivier, notre journaliste politique spécialisée des questions parlementaires, les noms des nouveaux secrétaires d'Etat ne devraient pas être connus avant la traditionnelle séance de Questions au gouvernement. Il faudra donc patienter avant d'avoir la composition définitive du gouvernement.
Pour le moment, seule l'arrivée d'Harlem Désir a été confirmée par des sources parlementaires.
14h23: Onze questions au menu de Manuel Valls.
L'Assemblée nationale vient de publier la liste des questions qui vont être posées au gouvernement cet après-midi. Si la première sera posée par la députée écologiste Danielle Auroi, le Premier ministre aura l'honneur de répondre à de nombreux nouveaux maires UMP, comme Jean-Luc Moudenc (Toulouse) et Gérald Darmanin (Tourcoing)
.

14h12: «Grâce à Manu, je roule avec l'option cuir dans la bagnole», se félicite Dieudonné
La vidéo mise en ligne par l'humoriste et polémiste date d'il y a cinq jours. Mais elle a déjà été visionnée près d'1,5 millions de fois. Dieudonné se félicite de la nomination de Manuel Valls à Matignon. «Aujourd'hui, grâce à Manu aka El Blancos, je roule avec l'option cuir dans la bagnole, lâche Dieudonné. D'ailleurs, j'ai changé de bagnole.» Pour preuve, il n'hésite pas à diffuser des images de ses derniers spectacles ayant fait salle comble.


13h56: Ségolène Royal interrogée sur une fusion Poitou - Aquitaine.
Encore présidente de la région Poitou-Charente, Ségolène Royal a refusé, ce mercredi, de se prononcer sur une possible fusion de sa région avec celle de l'Aquitaine. Elle entend d'abord «consulter les élus» de la majorité et de l'opposition sur ce débat qui «dépasse les clivages politiques».

>> A ce propos, n'hésitez pas à lire notre décryptage pour savoir comment ce «big-bang territorial va être mis en place».
13h53: Valls a déjà mis 30 points dans la vue à Ayrault.
François Hollande gagne trois points d'approbation en un mois, à 26%, et Manuel Valls commence son séjour à Matignon à 58%, 30 points au-dessus de son prédécesseur au moment de son départ, dans le baromètre Ifop-Paris Match à paraître jeudi.
Selon cette enquête d'opinion, l'action du chef de l'Etat reçoit 26% d'approbation contre 23% en mars. Le taux de ceux qui désapprouvent reste massif mais perd deux points, à 74%.
13h50: L'UMP passe du «flou» au «marché de dupes».
Qualifiant, depuis ce matin, de «flou» le discours de Manuel Valls, l'UMP est passée ce midi à l'expression «marché de dupes». Le président de l'UMP Jean-François Copé a qualifié mercredi de "marché de dupes" les propositions énoncées par Manuel Valls mardi lors de sa déclaration de politique générale à l'Assemblée. «Que personne ne soit dupe de ce qui est en train de se passer. C'est un nouveau marché de dupes proposé par un président de la République qui ne sait absolument pas où il va».
13h45: Pourquoi Jean-Jacques Bourdin n'a pas posé la question secrète à Manuel Valls?
Mais oui, pourquoi? Invité du Grand Journal, mardi soir, Jean-Jacques Bourdin s'était engagé à poser une question secrète à Manuel Valls transmise par Antoine de Caunes. Mais ce matin, rien. Aucune question décalée. Et pour cause, Jean-Jacques Bourdin devait demander au Premier ministre, Catalan et fervent supporter du FC Barcelone quelle équipe il supporterait en cas de finale de Ligue des champions entre le PSG et le FC Barcelone. En inscrivant un but, hier soir, à Stamford Bridge, Demba Ba a rendu cette question totalement obsolète...



13h09: Ségolène Royal sera ce soir au JT de 20h de France2
13h03: Une responsable PS met en garde contre un «déni de démocratie» après le possible remplacement de Désir
Juliette Méadel, secrétaire nationale du PS à l'industrie, a dénoncé le «déni de démocratie» que constituerait un départ du premier secrétaire Harlem Désir «autrement que dans les conditions prévues par les statuts» du PS. «Si le départ d'Harlem Désir était confirmé, et que son remplacement le soit autrement que dans les conditions prévues par les statuts, cette décision serait un déni de démocratie interne», écrit dans un communiqué transmis à l'AFP Juliette Méadel au nom du collectif «Pour un parti d'avenir» qu'elle a co-fondé avec Jean-Louis Bianco. «Je n'accepte pas que, quel que soit son bilan, on pousse un premier secrétaire à démissionner y compris de sa responsabilité de tête de liste aux élections européennes, alors même que ces responsabilités sont issues d'un vote militant», poursuit Juliette Méadel, dont la motion ("Question de principes", baptisée motion 2) était arrivée en deuxième position (5,12%) derrière celle de Harlem Désir lors du Congrès de Toulouse en octobre 2012.
12h52: Stéphane Le Foll «n'a pas entendu parler» d'un possible départ de Christiane Taubira
Le porte-parole du gouvernement, qui a vu la ministre de la Justice ce matin, «n'a aucune info» sur un éventuel départ de la Garde des Sceaux d'ici trois mois. «Je n'ai vu chez elle aucune envie, aucune décision» qui irait dans ce sens, a-t-il précisé lors d'un point presse.

12h40: Stéphane Le Foll rappelle le «parcours» et «les liens» de Jean-Pierre Jouyet avec Hollande
«On connait les liens qui le lient à François Hollande et son parcours», a lancé le porte-parole du gouvernement après le Conseil des ministres au sujet de Jean-Pierre Jouyet,  qui va être nommé secrétaire général de l'Elysée.Concernant son passé de secrétaire d'Etat aux Affaires européennes sous Sarkozy, Stéphane Le Foll a simplement indiqué que Jean-Pierre Jouyet avait quitté son poste une fois achevée la préparation de la présidence française du Conseil de l'UE, en 2008.

12h30: Christiane Taubira bientôt sur le départ?
Son maintien à la Chancellerie était une des surprises du remaniement. Mais
d'après Le Figaro, Christiane Taubira pourrait quitter son poste de ministre de la Justice d'ici trois mois, le temps de faire passer sa réforme pénale. Elle pourrait être remplacée par le député du Finistère Jean-Jacques Urvoas, dont le nom circulait avant le remaniement pour la Justice ou pour l'Intérieur.

12h15: Ségolène Royal, seule ministre à s'exprimer après le Conseil des ministres
La ministre de l'Ecologie a salué la réforme territoriale annoncée par Manuel Valls mardi lors de sa déclaration de politique générale.

11h30: «Le changement dans le changement», c'est maintenant pour Hollande
Contacté par Le Monde, François Hollande a justifié la nomination de Jean-Pierre Jouyet au secrétariat général de l'Elysée par cette phrase: «L'idée est de faire un changement qui s'inscrit dans le changement. Dès lors qu'une nouvelle équipe s'installait à Matignon, je souhaitais qu'il y ait une nouvelle équipe à l'Elysée.»

11h21: Le Prince George bien loin de ces préoccupations politiques.
En voyage officiel en Nouvelle-Zélande avec sa maman, Kate, et son papa, William, le Prince George ne semble pas souffrir des changements politiques au sein du gouvernement.
En témoigne cette vidéo où on le voit s'amuser avec d'autres bébés...


11h16: Plus de portables au Conseil des ministres.
François Hollande aurait profité des derniers changements pour imposer une nouvelle règle, interdisant désormais les téléphones portables lors du Conseil des ministres, selon BFM TV. L'enquête de la chaîne ne dit pas si c'est Michel Sapin ou Marilyse Lebranchu qui n'arrivait pas à activer le mode «silencieux».
11h12: L'arrivée d'Harlem Désir au gouvernement suscite déjà les moqueries.
Très critiqué pour son action à la tête du Parti Socialiste, Harlem Désir est la principale cible, ce mercredi matin, des observateurs politiques.


11h03: Et pourquoi pas DSK?
Toujours aussi inspirés, les internautes continuent à commenter cette journée de politique. @Diderote critique ainsi «l'état du cheptel socialiste», se demandant même «et pourquoi pas DSK au gouvernement?»
Tout simplement parce qu'aux dernières nouvelles, l'ancien patron du FMI aurait vraiment quitté le monde politique pour prendre la tête d'un fonds spéculatif.
L'occasion de relire notre article du 5 avril.

N'hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous ou à envoyer vos questions à contribution@20minutes.fr
10h58: La nomination d'Harlem Désir au gouvernement est confirmée...
... par des sources parlementaires. Son remplacement par Jean-Christophe Cambadélis à la tête du PS, aussi.

10h55: Pendant ce temps-là, Joann Sfar se moque encore de Jean Sarkozy.
Qualifié de «source d'inspiration» par Jean Sarkozy, le dessinateur Joann Sfar se moque depuis deux jours de lui en publiant ses dessins sur son compte Instagram. On ne résiste pas à l'envie d'en reprendre un petit et de vous conseiller d'aller voir les autres en cliquant ici.


10h52: Lienemann donne un cours de démocratie.
Alors que les rumeurs sur le remplacement d'Harlem Désir par Jean-Christophe Cambadélis à la tête du PS fait beaucoup parler depuis ce matin, la sénatrice (PS) Marie-Noëlle Lienemann rappelle quelques petites règles de démocratie socialiste...


10h48: Le «flou» dans les éléments de langage de l'UMP.
Après Alain Juppé (notre post de 10h09), c'est Bruno Le Maire qui dénonce le «flou» du discours de politique générale de Manuel Valls. Le Premier ministre «s'est métamorphosé en François Hollande, il a repris mot pour mot la politique conduite depuis deux ans par François Hollande. C'était du François Hollande dans le texte», a-t-il déclaré sur Europe 1. L'occasion de s'apercevoir que l'on a inscrit le mot «flou» dans les éléments de langage de l'UMP.

10h41: Des conséquences aux élections européennes.
Prendre une place et en libérer une. Toujours au jeu des chaises musicales, la nomination d'Harlem Désir au gouvernement pourrait avoir des conséquences sur les listes socialistes aux élections européennes.

Remplacé au ministère de l'Education nationale, Vincent Peillon prendrait la tête de liste PS aux européennes en Ile-de-France à la place d'Harlem Désir. Ce qui libérerait par ricochet une place pour Jean-Luc Benhamias dans le Sud-Est. Vous avez suivi?
10h38: La parole de Jean-Pierre Jouyet déjà affaiblie?
Le 17 mars, Jean-Pierre Jouyet accordait une interview au quotidien Les Echos. Interrogé sur sa possible nomination, il répondait alors : «Compte tenu des relations amicales que j’ai avec le président de la République, j’essaye de ne pas mélanger les genres. J’ai déjà fait de la politique, ça m’a suffi et je ne souhaite pas en refaire ! Ce sujet n’est donc pas d’actualité.» Trois semaines plus tard, ce sujet est pourtant devenu une réalité puisqu'il a été nommé, ce mercredi, Secrétaire général de l'Elysée.
10h31: Les internautes ironisent sur Harlem Désir.
Dans les commentaires de ce live
@Calabrais estime que «Harlem Désir serait parfait à la Justice. Il a une solide expérience...»
L'ancien président de SOS Racisme a été condamné en 1998 à 18 mois de prison avec sursis et 30.000 euros d'amende pour «abus de bien social» pour avoir occupé un emploi fictif au sein de l'Association régionale pour la formation et l'éducation des migrants.

N'hésitez pas à laisser vos commentaires ci-dessous ou à envoyer vos questions à contribution@20minutes.fr
10h30: Une question de protocole se pose alors.
L'annonce de la nomination des Secrétaires d'Etat devant être faite par le Secrétaire général de l'Elysée, qui va lire la liste cet après-midi?


10h20: L'information sur Jean-Pierre Jouyet est confirmée.
Pierre-René Lemas, l'actuel Secrétaire général de l'Elysée, vient d'annoncer à l'Agence France Presse son remplacement par Jean-Pierre Jouyet (notre post de 9h48).
Rappelons que Jean-Pierre Jouyet est actuellement président de la Banque publique d'investissement mais surtout qu'il fut Secrétaire d'Etat aux Affaires européennes dans le gouvernement de François Fillon.
10h15: Bernard Debré pense déjà que la réforme territoriale sera reportée.
A peine annoncée, déjà reportée. Le député (UMP) de Paris estime, sur son blog, que la réforme territoriale annoncée, mardi, par Manuel Valls sera reportée «sine die». «Il s’agit bien entendu d’un engagement pour le quinquennat suivant», poursuit Bernard Debré.
Pas si sûr. Hier, devant l'Assemblée nationale, le tout nouveau Premier ministre avait annoncé la suppression de la moitié des régions, arguant: «Il y a eu beaucoup de propositions. Maintenant, il va falloir le faire!»
10h09: Alain Juppé déplore le «flou» sur le financement.
Le maire UMP de Bordeaux Alain Juppé a déploré mercredi le «flou complet» sur le financement des allégements fiscaux promis mardi par le Premier ministre Manuel Valls, assurant attendre le «moment de vérité» sur la réduction des déficits.
«Le ton était décidé», a déclaré l'ancien Premier ministre à des journalistes à Bordeaux. «Il reste sur une ligne que je qualifierai de social-libérale, adoptée par le président en janvier», a-t-il poursuivi. Mais «il n'y a rien sur les économies et la façon dont ces mesures vont être financées», a encore estimé Alain Juppé, qui a aussi signé mercredi matin un billet de blog où il déplore «le flou» qui «reste complet sur le financement de ce programme».
10h07: Certaines se prennent même à espérer...


10h06: Les vannes pleuvent sur Twitter.
Pendant ce temps-là, les «twittos» se font plaisir sur la nomination des secrétaires d'Etat...


9h58: Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat au numérique?
Selon les informations de 20 Minutes, la députée des Français d'Europe du Nord pourrait être choisie par Arnaud Montebourg pour succéder à Fleur Pellerin à l'Economie numérique.
L'occasion de lire son portrait brossé par notre journaliste, Philippe Berry.

9h53: Cambadélis prendrait la rue de Solférino?
Toujours au jeu des chaises musicales, on parle beaucoup de la nomination de Jean-Christophe Cambadélis au poste de Premier secrétaire du Parti Socialiste dans l'éventualité où Harlem Désir serait «exfiltré» de ce poste.
Proche de Martine Aubry, Jean-Christophe Cambadélis était déjà candidat au poste en 2012 après la victoire de François Hollande à l'élection présidentielle.


9h48: Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Elysée?
Le jeu des chaises musicales se poursuit. Selon des informations du Monde et du Nouvel Observateur, Jean-Pierre Jouyet pourrait être nommé Secétaire général de l'Elysée à la place de Pierre-René Lemas. Condisciple de François Hollande à l'ENA, Jean-Pierre Jouyet a annoncé, samedi, qu'il allait quitter, en mai, la présidence de la Banque publique d'investissement. Une information que Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, n'a pas voulu confirmer, ce mercredi, sur le plateau d'ITélé.

9h43: La réforme pénale sera débattue avant l'été.
Un geste envers Christiane Taubira. Mardi, Manuel Valls avait évoqué la réforme pénale sans parler clairement de calendrier. C'est chose faite puisque la réforme pénale sera débattue «avant l'été» à l'Assemblée, a annoncé le Premier ministre.
Rappelons que Manuel Valls s'était vivement opposé à son homologue de la Justice lors de l'été 2013 sur ce projet controversé, appelant même François Hollande à «arbitrer le sujet».
Entre autres mesures, ce texte rétablit le principe de l'individualisation des peines en supprimant notamment les peines plancher, crée une nouvelle peine exécutoire en milieu ouvert, «la contrainte pénale» (appelée également probation), et entend éviter les sorties «sèches» de prison.
9h42: La vidéo de Manuel Valls sur BFM.









9h21: Manuel Valls a retrouvé les 11 milliards manquants.
Revenant sur les 50 milliards d'économies à réaliser, mardi, Manuel Valls avait expliqué, lors de son discours de politique générale que «l'Etat et ses agents en prendront la plus grande part, à hauteur de 19 milliards d'euros. Dix milliards proviendront de l'Assurance maladie et 10 milliards des Collectivités locales.»
Les plus fins observateurs -et les mathématiciens avertis- avaient bien noté qu'il manquait 11 milliards dans l'opération. Le Premier ministre a donc corrigé, ce mercredi, en précisant que les 11 miliards d'économies restant à trouver seront faits «sur les autres dépenses de Sécurité sociale».

8h38: Une douzaine de secrétaires d'Etat nommés ce mercredi.
Invité de BFM TV ce mercredi matin, Manuel Valls a annoncé qu'une «douzaine de secrétaires d'Etat» allaient être nommés dès cet après-midi. Il a précisé que ces nominations respecteraient la parité hommes-femmes déjà en vigueur au sein du gouvernement. Interrogé sur la possible nomination de Harlem Désir, il a refusé de commenter. «Je ne ferai aucun commentaire (...), il faut donc attendre cet après-midi», a-t-il dit.
Sur Twitter, la rumeur fait en tout cas déjà beaucoup parler d'elle.

Le jour d'après. Au lendemain d'un discours de politique générale qui a, finalement, enthousiasmé la gauche, Manuel Valls s'apprête à vivre une nouvelle journée riche. Il doit annoncer dans l'après-midi la nomination d'une douzaine de secrétaires d'Etat. Avant ça, un nouveau conseil des ministres l'attend. Se faisant, il profitera sans doute de la journée pour préciser les contours des différentes annonces formulées, mardi, à l'Assemblée nationale.