Vote de confiance à Manuel Valls: Qui sont les abstentionnistes du PS?

POLITIQUE L'Assemblée a voté mardi la confiance au Premier ministre par 306 voix contre 239...

R.S.

— 

Le député PS Henri Emmanuelli à l'Assemblée nationale le 2 octobre 2012 à Paris
Le député PS Henri Emmanuelli à l'Assemblée nationale le 2 octobre 2012 à Paris — Kenzo Tribouillard AFP

Comme ils l’avaient évoqué depuis plusieurs jours, certains membres du PS n’ont pas formellement accordé leur confiance à leur nouveau Premier ministre. Onze députés socialistes se sont abstenus, lors du vote de mardi à l’Assemblée nationale, après le discours de politique générale de Manuel Valls.

Pouria Amirshahi, Fanélie Carrey-Conte, Nathalie Cabanne, Pascal Cherki, Jean-Pierre Dufau, Henri Emmanuelli, Jérôme Guedj, Philippe Noguès, Barbara Romagnan, Gérard Sebaoun et Suzanne Tallard sont les onze députés en question selon Le Figaro. Leur frilosité s’explique en partie sur la position de Manuel Valls sur le pacte de responsabilité.

Ne pas donner un «chèque en blanc» à travers le vote

Pour Henri Emmanuelli, c’était le prix de la confiance. «Confiance, oui, chèque en blanc non. En l’absence de cet engagement précis, ce sera l’abstention», avait-il lâché en début de semaine. Pouria Amirshahi, député des Français de l’étranger, avait elle aussi averti: «Si voter la confiance c’est voter le pacte de responsabilité, alors je ne donnerai pas de chèque en blanc par mon vote».

Une centaine de parlementaires socialistes avait déjà mis la pression sur Manuel Valls à la veille de sa déclaration de politique générale, en réclamant un «contrat de majorité» avec le gouvernement et en menaçant, pour certains, minoritaires, de ne pas voter la confiance. En gestation dès le soir du deuxième tour de la débâcle des municipales, ce «contrat» demande la «fin des politiques d’austérité» en Europe, des mesures en faveur des bas salaires et des petites retraites, un accent sur l'investissement national, et sur la forme, davantage de pouvoir redonné au Parlement.