VIDEO. Un conseil fédéral des Verts sous très haute tension

Politique Un sondage BVA-I>télé-CQFD et le Parisien/Aujourd'hui-en-France publié samedi, seulement 14% d'entre eux estiment que la sortie du gouvernement est une «bonne chose»...

M.B.

— 

  									Cécile Duflot en visite à Mantes La Ville (Yvelines) le 17 février 2014.
Cécile Duflot en visite à Mantes La Ville (Yvelines) le 17 février 2014. — ISA HARSIN/SIPA

Ce samedi après-midi se tient un conseil fédéral d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) qui s'annonce tendu. La décision du bureau exécutif d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) de voter contre une participation au gouvernement ne passe pas notamment chez les parlementaires qui y étaient favorables.

>> Absence des Verts au gouvernement : «Une décision incompréhensible, qui laissera des traces

Une clarification ?

«Est-ce que c'est un virage stratégique du parti qui consiste à dire que nous ne voulons plus faire partie du gouvernement définitivement ?», s'interrogeait jeudi un député qui soulignait que le Congrès de Caen le 30 novembre avait tranché sur une «position de participation au gouvernement».

Le conseil fédéral pourrait clarifier la position du parti. Il pourrait également y être question du vote de confiance accordé au discours général du nouveau Premier ministre qui se tiendra mardi.

>> Cent députés PS, en colère, proposent «un contrat de majorité» au gouvernement

Les parlementaires - 17 à l'Assemblée, 10 au Sénat - ont annoncé qu'ils réservaient leur réponse. «Il n'y a ni défiance automatique, ni confiance absolue», a déclaré Jean-Vincent Placé. «On verra mardi lors du discours de politique générale. Est-ce qu'il (Manuel Valls, ndlr) veut aller plus vite et plus loin dans la politique qui est menée depuis deux ans et auquel cas nous ne pourrons pas lui donner notre confiance, est-ce qu'il veut tenir compte des messages des Français lors des municipales (...) et auquel cas nous discutons», a-t-il dit.

Ce sera peut-être aussi l'occasion d'entendre à nouveau Cécile Duflot qui a été mise en cause durant la semaine. L'ex ministre du Logement a été accusée d'avoir pris une «décision personnelle» engageant finalement tout le parti en choisissant de ne pas participer au gouvernement Valls. Le député européen Daniel Cohn-Bendit en a rajouté une couche dans une interview publiée samedi par La Dépêche du Midi. Il a jugé que Cécile Duflot avait «pris en otage» le mouvement EELV.

Absence des Verts au gouvernement: Une bonne chose pour une majorité de Français

Au même moment, un sondage BVA-I>télé-CQFD et le Parisien/Aujourd'hui-en-France révélait qu'un peu plus d'un Français sur deux (56%) pense que l'absence de ministres Verts au gouvernement, est «une bonne chose». «Nos récents sondages nous ont montré combien les Français étaient las des incessantes critiques portées par les écologistes contre les socialistes», relève Céline Bracq, directrice de BVA opinion, dans le journal.

Mais chez les écologistes, c'est la geule de bois. Seulement 14% d'entre eux estiment que la sortie du gouvernement est une «bonne chose». 85% pensent l'inverse. Chez les électeurs socialistes, 50% considèrent que cette sortie est «une bonne chose» mais 47% sont «d'un avis contraire», précise le quotidien.

Méthodologie:

Sondage réalisé les 3 et 4 avril par internet, auprès chantillon de 1025 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.