Municipales 2014: «Je n'ai pas voté car on ne connait pas les personnes qui se présentent»

TEMOIGNAGES Un internaute qui s'est abstenu de voter aux élections municipales s'explique...

C.G et C.La
— 
Les chiffres de l'abstention après le second tour des municipales 2014
Les chiffres de l'abstention après le second tour des municipales 2014 — Pierre Bréchon

L’abstention au second tour des élections municipales a atteint des sommets dimanche à 37,78%. Un niveau jamais vu pour ce type d’élection. Comment l’expliquer? Plusieurs internautes de 20 Minutes nous donnent leurs raisons.

>> Vous n’avez pas voté au premier tour et/ou au second tour des municipales? Expliquez-nous pourquoi en réagissant dans les commentaires ou écrivez-nous à contribution@20minutes.fr.

>> Revivez tous les résultats et les réactions de la soirée en direct ici

>> Tous les résultats commune par commune avec notre carte interactive

«Les programmes sont rarement tenus»

«Ce n’est pas un secret, tout le monde sait que les programmes affichés par les candidats sont rarement tenus», nous dit un internaute qui se définit lui-même comme un «anonyme en colère». Pire, la politique menée est parfois «à l'opposé de ce qu'ils avaient annoncé», renchérit Sandrine. «Le chômage ne cesse d'augmenter et le pouvoir d'achat de diminuer, cite-t-elle en exemple, on gèle les retraites tandis que les gouvernants ne font aucun effort  pour diminuer leur propre train de vie.» L’abstention cache avant tout une posture de rejet pour ces deux internautes avec l’espoir que le gouvernement «se bouge», peste le premier. Sandrine a «perdu toute confiance en nos gouvernants». Cette électrice l’écrit noir sur blanc: «le jour où je penserai que les politiques veulent le bien de la France et non le leur avant tout je retournerai aux urnes.»

«Le meilleur moyen de montrer notre désapprobation est de s'abstenir»

«On dit qu’il faut voter pour montrer que nous ne sommes pas d’accord. Or depuis qu’on le fait, rien ne change. Alors finalement, je pense que le meilleur moyen de montrer notre désapprobation est tout simplement de s’abstenir.» Voter «contre une politique» plutôt que pour un candidat, Florian, qui réagit sur notre page Facebook, s’y refuse aussi. «Je partage certaines idées de tel ou tel parti mais je suis en complet désaccord avec le reste de ce qu'ils proposent. Donner ma voix à des personnes qui ont des idées qui ne sont pas les miennes... Sans moi.» Solution lorsqu’ «aucun candidat ne t’intéresse», comme le regrette Nu, l’abstention entre aussi en résonnance avec le vote blanc, qui sera décompté à partir des élections européennes. Si Catman ne vote pas, c’est clairement parce que «le vote blanc n'est pas encore pris en compte», écrit-il dans les commentaires.

«Il aurait fallu que je change de liste électorale»

Déconnexion entre élus et électeurs toujours, mais teintée de pragmatisme pour certains. Laura n’a pas voté, par manque d’information. «Dans ma petite ville de 5.000 habitants où les élections ne sont pas médiatisées, décrit la jeune femme, on ne connaît pas les personnes qui se présentent mis à part par les papiers distribués. Ce qui n'aide pas beaucoup à se faire une idée.» Parmi les nombreux exilés, qui vivent dans une ville où ils ne sont pas inscrits sur les listes électorales, Floriane la joue réaliste. «Il aurait fallu que je change avant janvier mais pour cause de voyage prolongé je n'ai pas pu le faire. Voter à gauche parce qu'on est de gauche ou voter à droite parce qu'on est de droite (ou voter FN parce qu'on veut se révolter) n'a aucun sens aux municipales. On vote surtout pour un homme/femme avec un programme concret avec de vrais enjeux et pas juste une ligne politique.»