Cécile Duflot ne resterait pas au gouvernement si Manuel Valls devenait Premier ministre

POLITIQUE La ministre du Logement a déjeuné avec son confrère de l’Intérieur mardi…

E.O. et M.P.
— 
Cécile Duflot et Manuel Valls, le 1er octobre 2013 à l'Assemblée nationale.
Cécile Duflot et Manuel Valls, le 1er octobre 2013 à l'Assemblée nationale. — LCHAM/SIPA

Les discussions vont bon train alors qu’un remaniement ministériel se précise. Tandis qu’au sein même de la majorité les langues se délient pour réclamer un changement de Premier ministre après la claque des municipales, Manuel Valls semble tenir la corde pour remplacer Jean-Marc Ayrault à Matignon.

Et selon plusieurs médias, le ministre de l’Intérieur a déjeuné mardi avec sa consoeur du Logement Cécile Duflot. Laquelle lui aurait fait clairement savoir que s’il était nommé à Matignon, elle n’aurait d’autre choix que de quitter le gouvernement, avec on l’imagine, l’autre ministre écolo Pascal Canfin dans ses bagages.

«Une question de politique»

«Elle lui dit que ce n’était pas une question de personne, mais de politique», rapporte un proche de l’écologiste au Parisien. «C’est un problème de fond. Beaucoup d’électeurs de gauche se sont reportés dimanche sur le FN en raison de la désespérance économique et sociale, et non pas à cause de l’insécurité et de l’immigration», ajoute la source anonyme.

Les coups de billards à douze bandes ont-ils commencé? Les écologistes n’en ont jamais fait mystère: ils préfèrent garder Ayrault à Matignon plutôt que d’y voir un Valls trop droitier. On se souvient par exemple du coup de gueule poussé par Cécile Duflot en septembre dernier, après les propos du ministre de l’Intérieur sur les Roms.

Or, François Hollande, qui sortira affaibli des municipales vu le recul du PS, aura beaucoup de mal à se passer dans un futur gouvernement d’écologistes qui, au contraire, ont eu le vent en poupe lors de ce scrutin. Peut-être faut-il alors lire cet avertissement de Duflot à Valls comme un coup de pression indirect à François Hollande.