Écoutes de Sarkozy: «L'exécutif a violé le secret de l'instruction»

POLITIQUE Selon le président de l'UMP, l'exécutif a «des comportements qui sont contraires à la morale»...

B.D. avec AFP
— 
Jean-François Copé le 5 mars 2014 à Strasbourg
Jean-François Copé le 5 mars 2014 à Strasbourg — Frédérick Florin AFP

Jean-François Copé, président de l'UMP, a, à propos des écoutes judiciaires de l'ex-président Nicolas Sarkozy, accusé ce mardi l'exécutif d'avoir «violé le secret de l'instruction» et de l'avoir «divulgué à la presse».

Interrogé par i>TELE sur l'affirmation par plusieurs médias, dont le site du Nouvel Observateur, selon laquelle Christine Mauguë, la directrice de cabinet de Christiane Taubira, au courant des écoutes visant Nicolas Sarkozy, aurait omis d'en informer la ministre de la Justice, Jean-François Copé y a vu «le nouvel épisode d'une tragicomédie d'un gouvernement qui n'arrive pas à se dépêtrer d'une suspicion très forte (...). Il y a eu violation du secret de l'instruction par l'exécutif, qui l'a divulgué la presse à quelques jours des élections municipales», a-t-il dit.

«Comportements contraires à la morale»

«On n'est dupes de rien. Le coup de la directrice de cabinet qui ne vient pas rendre compte à sa ministre? Mais qui peut croire une chose pareille? Surtout sur une chose aussi sensible, surtout quand on sait qu'elle est l'épouse du conseiller parlementaire de François Hollande», a-t-il ajouté. Selon le député-maire de Meaux, «tout ça montre qu'on essaie par tous les bouts de dissimuler la vérité. Le gouvernement a été pris le main dans le sac».

En voyage à Montréal, Christian Taubira a réaffirmé lundi sa confiance dans son cabinet, conseillant aux étudiants devant qui elle s'exprimait de ne pas se «laisser enfumer» par les méandres de l'affaire des écoutes visant Nicolas Sarkozy. Jean-François Copé a qualifié d'«autre épisode de la même tragicomédie» le fait que François Hollande reçoive «régulièrement deux journalistes qui écrivent un livre (sur le quinquennat) mais sont également en charge, au titre de leur travail d'investigation, de tous ces sujets».

«Ca trouble profondément l'esprit des Français», a-t-il assuré. «Je dis aux Français: "Ne soyez pas dupes. Tout ça contribue à vous faire changer d'avis à quelques semaines des municipales. Le gouvernement est désespéré par rapport à une politique désastreuse qu'il mène"», a ajouté Jean-François Copé.  Selon lui, «le même exécutif qui donne des leçons de morale, qui n'a cessé d'accuser la majorité précédente», a «des comportements qui sont contraires à la morale».