Harlem Désir appelle à cesser l'«hystérisation» autour de Sarkozy

SCANDALE Le patron des socialistes a tout de même souligné que la succession d'affaires est un « révélateur d'un certain nombre de règlements de comptes au sein de la droite »...

avec AFP
— 
Harlem Désir, le Premier secrétaire du PS, a dit vendredi "regretter profondément" la plainte annoncée par le Mrap contre Manuel Valls pour ses propos sur les Roms.
Harlem Désir, le Premier secrétaire du PS, a dit vendredi "regretter profondément" la plainte annoncée par le Mrap contre Manuel Valls pour ses propos sur les Roms. — Thomas Samson AFP

Harlem Désir, premier secrétaire du PS, interrogé mardi sur les développements judiciaires des écoutes de Nicolas Sarkozy, a appelé à cesser l'«hystérisation» visant à faire une victime de l’ancien président. Sur i > TELE, l’eurodéputé a déclaré que «les juges agissent dans le cadre du droit», en observant des lois dont les dernières «sont des lois Perben, pas des lois faites par l’actuelle majorité».

«Il faut cesser cette espèce de campagne de pression contre les juges», a demandé le numéro un socialiste. «Il faut arrêter cette espèce d’hystérisation autour de Nicolas Sarkozy qui viserait à en faire une victime d’un côté, et à mettre en cause François Hollande de l’autre». Observant qu’il n’est «jamais arrivé qu’un ancien président de la République soit cité dans autant d’affaires», Harlem Désir a assuré: «c’est lui qui est en cause». «François Hollande est juste garant du bon fonctionnement des institutions de la République et il n’avait pas à être informé». Il n’est pas non plus «la voie de recours si un avocat ou justiciable» conteste des procédures.

Pour lui, aucun lien avec les municipales

Le responsable a vu dans la succession d’affaires — dont les enregistrements Buisson et les soupçons de favoritisme pesant sur Jean-François Copé — le «révélateur d’un certain nombre de règlements de comptes au sein de la droite». Cela «jette un regard cru sur des comportements, une période glauque». Prétendre que la publication de ces affaires est programmée avant les municipales, «c’est la théorie du complot, cela n’a pas de sens», selon le Premier secrétaire.

Le président de l’UMP Jean-François Copé avait déclaré la veille que la gauche est «tellement en désarroi par rapport à son échec vis-à-vis des Français que tout est bon pour essayer de rééquilibrer à deux semaines des élections».