Enregistrements Buisson: Décision vendredi sur la demande de retrait formulée par Sarkozy

POLITIQUE Nicolas Sarkozy demandait en référé le retrait des enregistrements réalisés par Patrick Buisson...

avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy et Patrick Buisson.
Nicolas Sarkozy et Patrick Buisson. — LIONEL BONAVENTURE MIGUEL MEDINA / AFP

Nicolas Sarkozy demandait en référé, c'est-à-dire en urgence, le retrait des enregistrements réalisés par son ex-conseiller à l'Elysée Patrick Buisson. Mais le tribunal de grande instance de Paris ne rendra sa décision que vendredi.

«Patrick Buisson est un menteur»

L'avocat de Nicolas Sarkozy, Thierry Herzog, a livré lundi une lourde charge contre le «menteur» Patrick Buisson, qui a réalisé des enregistrements entre 2007 et 2012 lorsqu'il était conseiller à l'Elysée.

«Patrick Buisson est un menteur», a déclaré Me Herzog devant le tribunal de grande instance de Paris, qui examine le référé (procédure d'urgence) de l'ancien chef de l'Etat pour obtenir le retrait des enregistrements mis en ligne par le site Atlantico et faire condamner l'ex-conseiller à des dommages et intérêts.

A la suite de la révélation de l'existence de ces enregistrements par Le Point, Patrick Buisson a d'abord «juré qu'il n'y avait aucun enregistrement», a déclaré l'avocat. Reçu dans les bureaux de Nicolas Sarkozy, il lui a affirmé «les yeux dans les yeux et sur l'honneur qu'il n'y avait aucun enregistrement», a insisté Me Herzog, «ami» de l'ancien président depuis près de 35 ans.

Il a ensuite menti «en disant qu'il avait l'autorisation de Nicolas Sarkozy pour procéder ainsi», a-t-il poursuivi.

«Patrick Buisson est incapable de se comporter comme celui qui vient se repentir»

«Patrick Buisson se moque de la justice, méprise tous ceux qui ont été à ses côtés», «tous ceux qui comme Nicolas Sarkozy lui ont accordé leur confiance», a-t-il dénoncé. S'il avait été l'avocat de Patrick Buisson, a-t-il dit, Me Herzog lui aurait recommandé d'écrire une lettre dans laquelle il reconnaîtrait avoir «conscience d'avoir trahi», de s'être montré «déloyal».

«Patrick Buisson est incapable de se comporter comme celui qui vient se repentir», il «n'a fait qu'ajouter l'amoralité à l'immoralité», «la perversité à la déloyauté», a poursuivi l'avocat de l'ex-président. Se tournant vers le conseil de M. Buisson, Gilles-William Goldandel, Me Herzog lui a lancé «soyez mon intermédiaire pour le lui dire».

Nicolas Sarkozy et son épouse ont assigné Patrick Buisson, ainsi que le site d'information, auquel ils demandent le retrait des enregistrements mis en ligne le 5 mars et réalisés, selon eux, à leur insu.

Outre le retrait, sous astreinte de 5.000 euros par jour de retard, ils demandent chacun 30.000 euros de dommages et intérêts à l'ancien conseiller, qui seraient reversés intégralement à la fondation de lutte contre le sida de l'ex-première dame.

Ils demandent en outre chacun un euro de dommages et intérêts à Atlantico.