Affaire Buisson: Le référé de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni concernant les enregistrements Buisson examiné lundi. Rama Yade critique «l'idéologue en mission»...

O.G. avec AFP

— 

Patrick Buisson, le 15 octobre 2012 à Paris.
Patrick Buisson, le 15 octobre 2012 à Paris. — MIGUEL MEDINA / AFP
Ce live est désormais terminé, merci de nous avoir suivis.
15h: Roselyne Bachelot exprime son «dégoût»
Roselyne Bachelot, ex-ministre UMP, a affirmé sur Direct 8 son «dégoût devant ce que révèlent ces conversations quand on les analyse : le mépris qu'il porte à Nicolas Sarkozy, qu'il décrit comme quelqu'un d'incapable de prendre des décisions. C'est hallucinant de tromper la confiance de l'homme qui vous a choisi. Tout le monde est présenté dans une sorte de relation mafieuse où l'on se méfie de tout le monde, où l'on fait des dossiers sur les gens". Citée dans les enregistrements par Patrick Buisson, Mme Bachelot a lancé :"c'est un honneur que de ne pas avoir les compliments de Patrick Buisson». Elle a aussi exprimé son "dégoût devant la lâcheté : il (Patrick Buisson) sait que ces bandes ont été volées, qu'elles sont capables de provoquer une déflagration politique, c'est ce qui est en train de se passer, et qu'il n'avertit pas l'ancien président de la République du fait qu'il s'est fait voler ces bandes».

14h30: David Assouline pointe la «désinvolture» et le «manque de sens de l'Etat» de Nicolas Sarkozy
David Assouline, sénateur et porte-parole du PS : «En faisant entrer à l'Elysée un conseiller dont les liens avec l'extrême droite étaient connus, Nicolas Sarkozy a fait un choix politique et moral. (...) Quelle désinvolture et quel manque de sens de l'Etat ! (...) Les enregistrements Buisson, au centre aujourd'hui de sordides règlements de compte à droite, constituent une agression contre la République et ses plus hautes institutions. Il est de la responsabilité de Nicolas Sarkozy de saisir la justice. A défaut, le Parti socialiste prendra ses responsabilités en réclamant une commission d'enquête parlementaire pour que toute la lumière soit faite sur l'ampleur et la nature de ce dysfonctionnement majeur au sommet de l'Etat.»

12h32: le référé de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni sera examiné lundi

La justice examinera lundi à 14h la demande de retrait des enregistrements réalisés par l'ancien conseiller à l'Elysée Patrick Buisson, formulée par l'ex-président Nicolas Sarkozy et son épouse Carla Bruni, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.
Cette audience de référé (procédure d'urgence) pour atteinte à la vie privée vise à obtenir le retrait des enregistrements mis en ligne sur le site Atlantico. Nicolas Sarkozy et Carla Bruni-Sarkozy, défendus respectivement par Mes Thierry Herzog et Richard Malka, demandent par ailleurs 30.000 euros de dommages et intérêts à Patrick Buisson.
 
11h22: L'ancienne assistance de Buisson se défend d'être à l'origine des fuites
Alors que plusieurs médias pointent du doigt les relations tendues entre Patrick Buisson et son fils, mais aussi la relation houleuse qu'il entretenait avec son ancienne assistante, Pauline de Préval, cette dernière se défend d'être à l'origine des fuites. En effet, Europe 1 croit savoir que l'affaire pourrait être lié à une règlement de comptes privé.
Mais dans lepoint.fr, l'avocat de Pauline de Préval, Me Rodolphe Bosselut, prévient qu'il poursuivra toutes les publications mettant en cause sa cliente. Il ajoute qu'il ne souhaite «pas participer à une opération d'enfumage et de diversion menée par la buissonie» qui jetterait en pâture le nom de sa cliente, formée par Patrick Buisson à la chaîne Histoire.
10h56: Un scandale peut en cacher un autre...
L'UMP n'a pas fini d'entendre parler des écoutes. Le Monde dévoile ce vendredi une seconde affaire d'écoutes qui pourrait déboucher sur de graves conséquences. En effet, Gilbert Azibert, l'un des plus hauts magistrats français, suspecté de renseigner le clan Sarkozy sur l’affaire Bettencourt. Pour prix de ses services, le magistrat aurait demandé... et obtenu un emploi à Monaco.
Retrouvez notre papier qui résume cette nouvelle affaire Sarkozy.

 

10h37: Le Canard Enchaîné va publier de nouveaux extraits

Certains journalistes de l'hebdomadaire satirique ont promis jeudi que le Canard Enchaîné allait diffuser de nouveaux extraits des enregistrements sur les plateaux télé ce jeudi. «La semaine prochaine, on va publier d'autres extraits» a notamment assuré Eric Emptaz, le rédacteur en chef  du Canard sur le plateau du Grand Journal de Canal+.
Louis-Marie Horeau, également rédacteur en chef du Canard enchaîné, était lui l'invité du Grand Décryptage d'i-Télé. Et il affirme au journaliste que le journal est en possession de «centaines d'heures» d’enregistrement.
 

l'hebdomadaire satirique va prochainement diffuser de nouveaux extraits. C'est en tout cas ce qu'ont déclaré plusieurs journalistes du Canardsur les plateaux télé ce jeudi. "La semaine prochaine, on va publier d'autres extraits" a notamment affirmé Eric Emptaz, son rédacteur en chef  sur le plateau du Grand Journal de Canal+.
Louis-Marie Horeau, également rédacteur en chef du Canard enchaîné, était lui l'invité du Grand Décryptage d'Itélé. Lorsque le présentateur lui demande combien d'heures d'enregistrement sont actuellement en possession du journal, le journaliste lui répond : "Des centaines d'heures".
Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/sarkoleaks-premiers-mots-patrick-buisson-canard-enchaine-publiera-autres-extraits-1003356.html#7Jeh8Ei5KOWtgsW4.99

l'hebdomadaire satirique va prochainement diffuser de nouveaux extraits. C'est en tout cas ce qu'ont déclaré plusieurs journalistes du Canardsur les plateaux télé ce jeudi. "La semaine prochaine, on va publier d'autres extraits" a notamment affirmé Eric Emptaz, son rédacteur en chef  sur le plateau du Grand Journal de Canal+.
Louis-Marie Horeau, également rédacteur en chef du Canard enchaîné, était lui l'invité du Grand Décryptage d'Itélé. Lorsque le présentateur lui demande combien d'heures d'enregistrement sont actuellement en possession du journal, le journaliste lui répond : "Des centaines d'heures".
Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/sarkoleaks-premiers-mots-patrick-buisson-canard-enchaine-publiera-autres-extraits-1003356.html#7Jeh8Ei5KOWtgsW4.99

l'hebdomadaire satirique va prochainement diffuser de nouveaux extraits. C'est en tout cas ce qu'ont déclaré plusieurs journalistes du Canardsur les plateaux télé ce jeudi. "La semaine prochaine, on va publier d'autres extraits" a notamment affirmé Eric Emptaz, son rédacteur en chef  sur le plateau du Grand Journal de Canal+.
Louis-Marie Horeau, également rédacteur en chef du Canard enchaîné, était lui l'invité du Grand Décryptage d'Itélé. Lorsque le présentateur lui demande combien d'heures d'enregistrement sont actuellement en possession du journal, le journaliste lui répond : "Des centaines d'heures".
Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/sarkoleaks-premiers-mots-patrick-buisson-canard-enchaine-publiera-autres-extraits-1003356.html#7Jeh8Ei5KOWtgsW4.99
10h29: L'association anti-corruption Anticor alerte le procureur national, selon une information de RTL
L'association anti-corruption estime que certains passages des enregistrements, concernant notamment Claude Guéant, démontrent un délit d'atteinte à l'action de la justice, révèle la radio RTL.
Une partie des enregistrements révélés jeudi pourrait prouver en effet des pression sur la justice.

Dans un extrait, celui du 27 février 2011, on entend Patrick Buisson expliquer: «Tu vois l'avantage de Guéant, là depuis 3 mois, c'est qu'il connaissait un petit peu les dossiers, notamment pour les affaires auprès du parquet. Il se mouillait un petit peu. Il va falloir expliquer tout ça à Musca, et vite hein parce que…»



10h21: Pour Pierre Lellouche, l'affaire révèle les «fractures idéologiques»

Pierre Lellouche, député UMP de Paris, a estimé vendredi que l'affaire autour de l'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson, révélait des «fractures idéologiques» au sein de l'UMP, un parti «à reconstruire». «Clairement, cette affaire Buisson révèle des fractures idéologiques au sein du parti. Moi, je fais partie de ceux qui ont une tradition gaulliste, je n'ai rien à voir avec cette extrême droite-là. Je n'ai rien à voir avec ce genre d'idées», a déclaré l'ancien ministre sur i>TELE.
«Je n'ai pas compris ce monsieur, je n'ai pas compris sa présence, je n'ai pas compris son influence (auprès de Nicolas Sarkozy, NDLR). Je ne partage pas du tout ce qu'il représente», a insisté Pierre Lellouche, qui juge que Patrick Buisson doit être «sanctionné».
 
10h06: La vidéo d'I-Télé essuie de nombreuses critiques sur Twitter. Vous a-t-elle choqué?
La caméra d'I-Télé espérait recueillir les premières déclarations de Patrick Buisson. Mais pendant une minute de vidéo, on ne verra pas une seule fois son visage et ses déclarations «exclusives» promises par i-Télé se limiteront à un refus catégorique de parler. Traque médiatique ou travail journaliste?
Vous avez vu cette vidéo? Qu'en avez-vous pensé? La chaîne a-t-elle eu raison de diffuser la vidéo? On attend votre avis dans les commentaires ou à contribution@20minutes.fr.

10h02: Pour Hervé Morin, l'affaire Buisson est «l'expression d'une crise morale et politique» qui donne «la nausée».
L'ancien ministre de la Défense Hervé Morin a vu vendredi dans l'affaire Buisson et ses enregistrements clandestins «l'expression d'une crise morale et politique» qui donne «la nausée».
Sur RTL, le député centriste a énuméré: «Entre l'affaire Tapie, l'affaire Cahuzac», la présidence actuelle «d'une médiocrité rare et d'une illusion d'efficacité, l'affaire Duflot, avec un ministre qui puisse clairement contredire les arbitrages de l'exécutif»... Tout cela «démontre les dysfonctionnements du pouvoir», a assuré l'élu de l'Eure. «Il y a pour les Français un sentiment profond de nausée» et «en même temps, rien ne bouge», a poursuivi le dirigeant centriste.
 
10h00: Rama Yade critique «l'idéologue en mission» qu'était Patrick Buisson

Rama Yade, vice-présidente de l'UDI, a dénoncé vendredi «l'idéologue en mission» qu'était à ses yeux Patrick Buisson auprès de Nicolas Sarkozy, ce qui a entraîné selon elle des «conséquences politiques», jusqu'à «la défaite» électorale.
Pour l'ancienne Secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, puis aux Sports, «Nicolas Sarkozy n'est pas un conservateur, Nicolas Sarkozy n'est pas un extrémiste mais la ligne Buisson, l'influence de cet idéologue en mission a conduit à ce que ce soit la fin de l'ouverture, la fin de la diversité, le départ des centristes. Il y a eu des conséquences politiques avec la présence de ce personnage au coeur de l'Etat.»
 
9h53: Patrick Buisson fuit la caméra d'I-Télé
«Ce sont des méthodes de basse police, d’Etats totalitaires que vous employez. Vous ne devriez pas être fier du métier que vous faites, de votre comportement.» Patrick Buisson n'a pas apprécié d'être suivi par un journaliste d'I-Télé jusqu'aux Sables-d'Olonne, où il s'est réfugié pour fuir la tempête médiatique.



9h47: «Je ne me suis jamais entendue à titre personnel avec Patrick Buisson» assure NKM

Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, a rappelé vendredi son «désaccord de fond» avec l'ex-conseiller de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson, dont elle a condamné les «pratiques détestables».
Sur Europe 1, a relevé: «je ne me suis jamais entendue à titre personnel avec Patrick Buisson». Mais elle avait surtout un «désaccord de fond avec sa ligne: je ne crois pas à une continuité entre la droite et l'extrême droite». Elle ne voit pas non plus un «horizon souhaitable» dans une fusion des droites.
 

Des élus choqués, Patrick Buisson qui se cache... Après les révélations jeudi des enregistrements des réunions de l’Elysée réalisés par Patrick Buisson, les réactions pleuvent.

Nicolas Sarkozy a décidé jeudi de saisir la justice au lendemain de la révélation d'échanges privés enregistrés à son insu par son ancien conseiller Patrick Buisson, qui lui-même a annoncé son intention de porter plainte pour «vol et recel» de ces extraits sonores.