Patrick Buisson, réfugié aux Sables-d'Olonne, fuit la caméra d'i-Télé

AFFAIRE BUISSON En pleine tourmente médiatique, l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy a refusé de répondre au journaliste d'i-Télé qui l'a retrouvé jeudi soir sur la cote atlantique...  

Delphine Bancaud
— 
Patrick Buisson le 15 octobre 2012 à Paris
Patrick Buisson le 15 octobre 2012 à Paris — Miguel Medina AFP

Après les révélations ce jeudi des enregistrements des réunions de l’Elysée réalisés par Patrick Buisson, un journaliste de i-Télé, Mickaël Chaillou, a retrouvé l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy aux Sables-d’Olonne (Vendée). Avant de le suivre en pleine nuit pour l’interroger sur les fameux enregistrements. Sur la vidéo, on aperçoit Patrick Buisson de dos, portant un chapeau noir, marchant à vive allure.

Des méthodes de basse police

Le journaliste le pressant de questions, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy refuse de commenter l’actualité qui le concerne et perd patience: «Monsieur, le ton inquisitoire… Vous n’êtes pas un policier vous n’êtes pas un juge, donc je vous prie de me laisser tranquille.» Avant de poursuivre: «Ce sont des méthodes de basse police, d’Etats totalitaires que vous employez. Vous ne devriez pas être fier du métier que vous faites, de votre comportement.»

Tentant d’écarter la caméra du bras avec force, Patrick Buisson renchérit: «C’est vous qui utilisez des méthodes de gestapistes et de voyous que vous êtes.»

Les premiers mots de Patrick Buisson - Le 06/03/2014 à 20h35

Des réactions sur Twitter


Une séquence qui a fait le buzz sur les réseaux sociaux. Interrogée sur i-Télé, l’ancienne ministre de la Santé Roselyne Bachelot a ironisé, soulignant «le champ lexical intéressant de Patrick Buisson». Sur Twitter, plusieurs commentaires critiquent cette vidéo, la jugeant peu digne d'intérêt ou choquante.