Présidentielle 2012: Jean-François Copé a-t-il ruiné l'UMP pendant la campagne?

POLITIQUE Le président de l’UMP dément et porte plainte contre le magazine «Le Point» qui publie l’enquête ce jeudi…

E.O.
— 
Jean-François Copé au Salon de l'agriculture, le 24 février 2014.
Jean-François Copé au Salon de l'agriculture, le 24 février 2014. — MATHIEU PATTIER/SIPA

De l’argent, des jeux de pouvoir, une campagne présidentielle: les ingrédients sont réunis pour que l’affaire sente le soufre. Le magazine Le Point publie ce jeudi une enquête selon laquelle Jean-François Copé a permis à deux anciens collaborateurs d’empocher 8 millions d’euros venant de l’UMP pendant la campagne présidentielle.

D’après le magazine, Copé a confié de nombreuses prestations pendant la campagne présidentielle de 2012 à Bygmalion, une entreprise de communication fondée par deux amis ayant travaillé pendant plus de dix ans à ses côtés. Problème: ces frais –traiteur, retransmission vidéo, éclairage…– étaient facturés jusqu’à deux fois plus cher que le tarif habituel.

Montage financier

Au total, la surfacturation aurait coûté 8 millions d’euros. Une véritable manne quand on sait que le parti est endetté et qu’il a fallu faire appel aux dons des militants pour payer les frais de campagne de Nicolas Sarkozy, invalidés par le Conseil constitutionnel.

Le Point signale par ailleurs que Bygmalion a été créé grâce un montage financier «particulièrement sophistiqué», via une SARL luxembourgeoise.

«Un coup monté», selon Copé

«C'est absolument immonde», a réagi ce jeudi matin Jean-François Copé. Interrogé par iTélé, le président de l'UMP a dénoncé un «tissu de mensonge» et un «coup monté  totalement, de manière absolument ignoble». Il a indiqué son intention de porter plainte en diffamation contre Le Point et a affirmé être victime d'un acharnement de la part du magazine. «Depuis des mois et des mois, Franz-Olivier Giesbert [le directeur de la publication du Point] nous attaque Nicolas Sarkozy et moi-même pour nous détruire», a-t-il assuré. 


Si quelques personnalités de l'UMP ont affiché leur soutien au député-maire de Meaux, le député filloniste Lionel Tardy a quant à lui assuré sur Twitter que «tout le monde savait pour Jean-François Copé». «C'est la raison pour laquelle je n'ai pas participé au Sarkothon», écrit encore l'élu de Haute-Savoie.

@LePoint #UMP Tout le monde savait pour @jf_cope : c'est la raison pour laquelle je n'ai pas participé au #Sarkothon http://t.co/RlYng7dUO0
— Lionel TARDY (@DeputeTardy) February 27, 2014

.