Jacques Chirac est rentré chez lui après son admission à l'hôpital américain de Neuilly

POLITIQUE Selon son entourage, une douleur à la jambe le faisait souffrir depuis 24 heures...

W. M. avec AFP
— 
Jacques Chirac à Paris le 21 novembre 2013.
Jacques Chirac à Paris le 21 novembre 2013. — VILLARD/SIPA

Jacques Chirac est rentré chez ce lundi soir lui après avoir subi quelques examens à l'hôpital américain de Neuilly, a indiqué son entourage. Après son transport en ambulance jusqu'à l'établissement lundi en début de soirée, l'entourage de l'ancien chef de l'Etat avait souligné qu'il n'y a «absolument aucune urgence vitale».

«On soupçonne une violente crise de goutte», a expliqué à l'AFP son entourage. Qui a précisé son sentiment à une journaliste de France Info:

J. Chirac souffrait de la jambe depuis 24 h. Douleurs comme une crise de goutte. Il subit des examens pr confirmer ce diagnostic. Entourage
— marie-eve malouines (@MEMalouines) 17 Février 2014

Police et caméras devant l'hôpital

Peu avant 20h, un  journaliste de l'AFP a vu, devant le domicile de Jacques Chirac, quai  Voltaire à Paris, une ambulance du Samu ainsi que deux motards de la  police. Dans la soirée, une voiture de police et une demi-douzaine de  caméras stationnaient devant l'entrée principale de l'hopital  américain, un vaste batiment de cinq étages.

Le 1er décembre 2013, l'ancien chef de l'Etat était entré à l'hôpital parisien de La  Pitié-Salpêtrière pour y subir le lendemain une «intervention rénale»  dans le service d'urologie. Son entourage avait assuré que l'opération s'était «très bien passée» et que Jacques Chirac allait «bien».

L'ancien Président, qui a fêté le 29 novembre ses 81 ans, a été  victime en 2005 d'un accident vasculaire cérébral qui l'a laissé affaibli. Sa dernière apparition à une cérémonie officielle  remonte au 21 novembre dernier. Il avait alors assisté à la remise par  le président socialiste François Hollande du prix de sa fondation au  docteur Denis Mukwege, engagé aux côtés des femmes violées de la  République démocratique du Congo, et à l'organisation Femmes Africa  Solidarité.